Le kung-fu : une discipline ancestrale qui vous veut du bien

Kung-fu, discipline ancestrale, sport traditionnel
Facebook
LinkedIn
Twitter
Email
Imprimer
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Popularisé en Occident grâce aux films de Bruce Lee, le kung-fu est une pratique chinoise qui trouve son origine au Ve siècle. Il existe des styles très différents selon les pays. Au Luxembourg, quinze clubs sont recensés et les adultes, mais surtout les enfants, en raffolent. 

Le kung-fu, vous connaissez ? Il s’agit d’un ensemble d’arts martiaux également appelé Gong fu ou Wushu. C’est un style de combat qui s’est développé en Chine au cours de plusieurs décennies. Il est considéré comme un sport traditionnel de plus en plus populaire en Europe, représentant fortement la culture asiatique. Il y a différents kung-fu comme le Shaolin, le hun gar, le tai chi, le qi gong. Il compte de nombreux adeptes dans le monde. Bien qu’étant un art de combat, le kung-fu prône la vertu et la paix.

Les moines l’ont adopté

Son origine remonterait au Ve siècle. Le moine indien Bodidharma, chargé d’enseigner le bouddhisme en Chine, trouva les disciples du temple Shaolin en mauvaise santé. Il a donc décidé de les initier à un entraînement martial pour leur redonner vigueur, souplesse et un apaisement de l’esprit. La méthode s’est avérée efficace puisqu’elle est toujours enseignée et que ces moines sont réputés pour leurs prouesses physiques et mentales. 

Maîtrise et technique

Considéré comme un art martial, un sport, une manière de vivre, une philosophie, un état d’esprit, voire une étrange pratique asiatique, le kung-fu semble aujourd’hui connu de tous. Il est pourtant arrivé récemment en Occident. Le terme a été popularisé dans les années 1970 par les films d’un certain Bruce Lee. Ce karaté chinois s’est depuis démocratisé. « Kung » veut dire travail, effort, dépassement de soi, tandis que « Fu » signifie homme. « KungFu » fait donc référence au travail répété, acharné d’un être humain, avec l’idée de le réaliser le mieux possible, devenant un accomplissement personnel.

On comprend donc le lien avec la pratique des arts martiaux, qui demande patience et rigueur. Il est toutefois plus compliqué de saisir pourquoi ces mots font référence à l’ensemble des arts martiaux chinois, puisque cette notion s’applique à n’importe quelle autre discipline demandant temps, effort et compétence. Ainsi, en Chine, on peut dire d’un excellent cuisinier qu’il possède « un bon kung-fu », de même pour un musicien adroit ou un artiste de talent.

Un style qui varie selon les pays

kung-fu, David club kung-fu schifflange, self-défense, cohésion sociale
David Chenut

En Chine, il n’existe pas un mais des centaines de styles de kung-fu : bouddhiste de Shaolin, tibétain, taoïste. Styles du Nord et du Sud, arts internes ou externes. De quoi en perdre son latin… « En Europe, aussi, selon le pays, il y a plusieurs kung-fu, explique David Chenut, qui a ouvert son club à Schifflange en 1999.

Je viens du karaté et j’ai découvert les arts martiaux aux Philippines. J’ai commencé par le Hun Gar kung-fu puis le Wing chun. Ici, on est orienté self-défense. On est assez traditionnel au Luxembourg par rapport à la France ou à Allemagne.

Nous n’utilisons aucune arme mais nous développons un seuil de compétences, c’est un travail sur soi mais aussi de cohésion sociale. »

Une école de la vie

kung-fu école de la vie, kung-fu discipline ancestrale

Le kung-fu peut se pratiquer à tout âge et ce dès 3 ans. « On commence par des jeux, de l’équilibre, de la coordination de mouvements. On tente de les stimuler au maximum et ils acquièrent rapidement des réflexes. » Il y a autant de filles que de garçons, chose plutôt rare dans la pratique d’un art martial. « Chacun peut y trouver son compte. On apprend à évoluer aux contacts des autres, à se défendre  mais aussi à gérer son stress c’est quelque chose qui peut servir à l’école. » 

Quand on veut atteindre un but dans la vie, le plus grand obstacle que l’on rencontre, c’est soi-même. « Grâce à cette discipline, vous devenez indépendant et plus fort d’esprit. Grâce à votre sagesse et votre savoir-faire, vous allez apparaître plus sûr de vous, plus fort et déterminé. » Ces compétences aident les enfants à s’intégrer dans la société et à affronter la vie.

« Dans notre programme Little Panda, nous insistons sur le développement positif des enfants à travers le plaisir et la motivation. » Les 6 ans et plus sont surnommés les Tigres ; au-delà, pour les ados jusqu’à 16 ans, ce sont les Dragons qui investissent le tatami de la salle de Schifflange dans laquelle officient trois entraineurs pour 80 adhérents, à raison de vingt cours par semaine.

De la boxe à la chinoise

Le sanda ou sanshou est l’évolution du wushu en sport de combat. Il intègre les quatre principales catégories d’attaques : ti  (coups de pied), da (coups de poing), shuai (projeter), na (attraper) ; ainsi que les parades et blocages. Cette pratique compétitive met l’accent sur les techniques de poing, de pied et surtout de projection permettant ainsi des stratégies de confrontation élaborées, imposant aux combattants des qualités de vitesse, de puissance et de précision.

« Chez nous, pas de compétitions, mais on organise des passages de grades pour les enfants et ils reçoivent des ceintures comme au judo. Ici on apprend les bases pour se défendre de façon efficace et fonctionnelle tout en développant des capacités physiques et stratégiques », ajoute David. 

Vous l’aurez compris, ce sport chinois très en vogue, qui n’a rien de nouveau au vu de ses origines séculaires, a conquis le monde. Par son état d’esprit, sa philosophie et ses bienfaits. Lou, 11 ans, pratique depuis quatre ans et a gagné en concentration, en énergie, en confiance en elle. Elle rêve de décrocher un jour sa ceinture noire. Attention, le « kung-fu fighting » (chanson de Carl Douglas datant de 1974) est contagieux !

Karaté et kung-fu : des arts martiaux très différents

joy klein, kung-fu, enseignante kung-fu
Joy Klein

Le karaté, comme le kung-fu, est un art martial. Pourtant, les disciplines sont très différentes. « Leurs origines déjà : le kung-fu vient de Chine alors que le karaté est originaire du Japon », précise Joy Klein, enseignante et championne dans les deux disciplines. Les tenues n’ont rien à voir : le kimono pour les pratiquants de kung-fu est noir alors que celui des karatékas est blanc comme celui des judokas.

Quant à la pratique, le kung-fu se veut plus fluide et souple pour laisser passer l’énergie. Au karaté, il faut frapper. Les techniques poings et pieds sont pratiquement les mêmes, « cependant le kung-fu a aussi des mouvements qui imitent le style des animaux et utilisent le travail des armes chinoises : nunchaku, éventail, sabre, bâton, épée, chaîne ». La plupart des formes de kung-fu sont plus complexes et plus longues que les enchaînements de karaté. On parle de tao. Visuellement, le kung-fu a un aspect plus artistique et esthétique.

Article composé par Sabrina Frohnhofer

Lisez d’autres articles de Sabrina dans notre rubrique Letz Move.

Sondage TNS ILRESS demandé par la Fondation Cancer en 2022

Que sait le Luxembourg sur le cancer ?

En 2022, la Fondation Cancer a commandité une enquête ILRES « Les résidents du Luxembourg face au cancer » pour évaluer les connaissances de la population en

cake

Cake au potimarron et au comté

Les courges sont de sortie : potimarrons, potirons, pâtissons et butternuts sont à la fête. Ingrédients 100 g de farine de blé et 100 g

Pour vous

Articles suggérés

FIV et FeLV du chat

Le Sida du chat : FIV et FeLV

Il faut faire une distinction entre le FIV et FELV, ces 2 sidas du chat. Notre interlocuteur est Benoît Durand, qui oeuvre en tant que

ongles, soins des ongles, soin des ongles, beauté des mains, importance soin des mains et ongles

Comment fortifier vos ongles ?

Les ongles, comme les cheveux peuvent être fragilisés durant l’année ou particulièrement durant les changements de saison. Que faire ? Avoir de beaux ongles est

Recevez

un échantillon gratuit*

* Dans la limite des stocks dédiés disponibles.