Home Santé Grâce au Neurofeedback, redonnez à votre cerveau sa capacité innée d’auto-régulation

Grâce au Neurofeedback, redonnez à votre cerveau sa capacité innée d’auto-régulation

Suite à un évènement traumatisant ou à une situation de vie difficile, notre cerveau peut perdre sa capacité d’auto-régulation. Anxiété, dépression, migraine, insomnie… ces symptômes sont révélateurs d’un cerveau qui fonctionne de manière inefficace. Pour y remédier, nous vous proposons de découvrir une approche scientifiquement prouvée par plus de 50 ans de recherche dans le domaine des neurosciences : le Neurofeedback.

L’équipe multidisciplinaire du Neurofeedback Luxembourg, composée de professionnels de la santé et du cerveau, nous a  ouvert les portes de son cabinet situé au Centre Médical Rollingergrund (spécialisé dans le Stress, le Burnout et les Addictions) à Luxembourg. 

Comment agit le Neurofeedback ?

Le Neurofeedback est une méthode d’apprentissage cérébral qui permet de réapprendre au cerveau à s’auto-réguler et ainsi d’atteindre un nouvel état d’équilibre. Comment ? En favorisant la neuroplasticité du cerveau, c’est-à-dire sa capacité intrinsèque à créer ou à modifier ses connexions neuronales en réponse à une stimulation sensorielle. 

Lors des entrainements de Neurofeedback, un système de récompense/punition est utilisé pour conditionner le cerveau. François Altwies, Fondateur du Neurofeedback Luxembourg et Coach en Neuroplasticité, nous explique : « Au cabinet, la personne est tranquillement installée sur une chaise devant un écran. Des électrodes sont placées sur son cuir chevelu. Pendant que la personne regarde un film, le système mesure l’activité électrique de son cerveau au moyen de l’électroencéphalogramme (EEG). Le cerveau de la personne reçoit en retour des informations sur son propre fonctionnement. Lorsque le cerveau ne réussit pas une tâche, un système de punition se met en route par une diminution du son et de la qualité de l’image (qui devient sombre). Or, cela frustre le cerveau qui, de manière générale, apprécie avoir du succès. Pour retrouver une bonne qualité d’image et de son, le cerveau va, par un mécanisme réflexe, se réorganiser et mémoriser ce nouvel état d’équilibre. »

François Altwies
François Altwies, Fondateur du Neurofeedback Luxembourg et Coach en Neuroplasticité.

Efficace contre l’anxiété

L’équipe du Neurofeedback Luxembourg obtient de bons résultats dans le traitement de l’anxiété, l’un des motifs les plus courants en consultation. 

L’intérêt du Neurofeedback est d’arrêter la survenue des prédictions liées à l’anxiété qui ne sont d’aucune utilité et qui, de surcroît, sont fausses à 90 % du temps. « Grâce au Neurofeedback, nous pouvons réguler le système limbique pour le faire sortir de son « état de crise ». A partir de ce moment-là, le cortex préfrontal est en mesure de reprendre le contrôle et d’être à nouveau enclin à analyser, comprendre et décider. », précise Nadia Augusto, neurobiologiste.

Nadia Augusto
Nadia Augusto, neurobiologiste.

François Altwies s’exprime également : « Nos protocoles respectent le temps nécessaire au cerveau pour s’adapter à son nouvel état d’équilibre. Ainsi, une personne anxieuse qui n’est pas habituée à vivre dans le moment présent risque d’être dans l’inconfort parce que son cerveau aura perdu tous ses repères. Il faut savoir que notre cerveau préfère retourner dans l’état dans lequel il est habitué parce qu’il n’aime pas les incertitudes.Lors des premières séances de Neurofeedback, cet aller et retour entre un état anxieux et un état de plénitude peut ne pas être agréable pour nos clients. C’est pourquoi notre prise en charge comporte également une partie « coaching ». »

La place de la neurostimulation 

L’équipe du Neurofeedback Luxembourg utilise une seconde technique de neurotechnologie, complémentaire au Neurofeedback. Il s’agit de la neurostimulation. 

Différentes méthodes peuvent être appliquées : 

  • La stimulation magnétique,
  • La stimulation électrique,
  • La stimulation lumineuse (photobiomodulation).

Contrairement au Neurofeedback, la neurostimulation ne requière aucun apprentissage implicite du cerveau. C’est pourquoi il est toujours utile de coupler les deux méthodes, le temps que le Neurofeedback agisse au bout de quelques séances. Prouvée scientifiquement, la neurostimulation donne des résultats probants même à faible intensité.

L’importance du bilan initial

Unbilan initial vous sera proposé avant d’élaborer un programme d’entrainement cérébral de Neurofeedback.

Il comprend : 

  • une anamnèse,
  • une évaluation du sommeil et du stress en cas d’anxiété ou de troubles du sommeil,
  • une Brain Map (qEEG),
  • une évaluation cognitive (tests neurocognitifs en ligne pour évaluer 12 fonctions du cerveau).

Son intérêt : établir des objectifs concrets et un protocole de traitement personnalisé. 

A quoi sert la Brain Map (qEEG) ?

Au moyen d’un électroencéphalogramme quantitatif (qEEG), l’équipe du Neurofeedback Luxembourg va pouvoir mesurer l’activité électrique du cerveau, analyser les données et créer une « cartographie du cerveau » (Brain Map). 

Après une comparaison de la Brain Map du client à une grande base de données d’autres cartographies du cerveau (personnes du même âge, du même sexe…) normatives, l’équipe est en mesure de déterminer avec exactitude quelles sont les zones du cerveau à entrainer et les bandes de fréquence à utiliser. 

La réalisation de l’EEG est indolore. Au cabinet, l’équipe du Neurofeedback Luxembourg utilise des éponges imbibées d’eau salée qu’elle place sur le cuir chevelu. Nadia Augusto souligne : « L’EEG ne permet pas de voir l’anatomie du cerveau et, par conséquent, d’observer l’existence de lésions cérébrales. De plus, nous n’établissons pas de diagnostic médical. C’est pourquoi nous recommandons fortement un suivi médical à nos clients, notamment pour vérifier si leurs symptômes ne seraient pas liés à une pathologie sous-jacente. »

Les ondes cérébrales analysées correspondent aux pensées, aux émotions et aux comportements de chaque individu : 

  • Onde Delta : le sommeil profond.
  • Onde Theta : l’hypnose, la créativité, le rêve.
  • Onde Alpha : la relaxation, la méditation.
  • Onde Beta : la concentration en pleine activité.
  • Onde Hight-Beta : l’hypervigilance.

Nadia Augusto : « Si la Brain Map de notre client se situe dans la norme de référence, les différentes têtes associées à chaque onde cérébrale et chaque lobe du cerveau seront (relativement) blanches. Dans le cas contraire, nous détecterons l’existence de carences (couleurs : vert ou bleu) ou d’excès (couleurs : orange, jaune). ».

François Altwies commente à son tour : « La réalisation de la Brain Map est très instructive. Elle permet au client d’en apprendre plus sur lui-même et à notre équipe de comprendre la manière dont le client utilise son cerveau et si ses plaintes énumérées lors de l’anamnèse concordent avec ce que nous observons sur la Brain Map. Lors de l’EEG, le client ne sait pas mettre en place des mécanismes de défense comme il pourrait le faire lors d’une séance de psychothérapie. Ainsi, les données analysées sont objectives. Notre équipe possède également un regard affûté pour relier les symptômes à une dysrégulation cérébrale. » 

BrainMap

De larges indications

Les changements structurels qui s’opèrent au niveau du cerveau peuvent viser les domaines cognitifs, émotionnels et physiques. Le Neurofeedback permet dès lors de traiter divers troubles :

  • Les troubles émotionnels : phobies, anxiété, dépression, stress post-traumatique, burnout, hypersensibilité, etc.
  • Les troubles du comportement : hyperactivité, agressivité, impulsivité. 
  • Les troubles de l’apprentissage (dyscalculie, dyslexie…) et le retard de développement.
  • Les troubles cognitifs : concentration, mémoire, attention (avec la prévention du déclin cognitif chez le séniors).
  • Les troubles physiologiques : insomnies, migraines, acouphènes, douleur chronique, fatigue chronique, bruxisme.
  • Les addictions.

Le Neurofeedback s’avère également efficace pour augmenter les performances cognitives chez les sportifs ou garder son cerveau en pleine forme. Enfin, précisons que cette technique fonctionne aussi bien chez l’enfant (à partir de 6 ans) que chez la personne âgée.

Les avantages du Neurofeedback : 

  • Agit directement à la source : le cerveau.
  • Effets directs et durables sur le long terme (même après l’arrêt des entrainements cérébraux grâce à un apprentissage implicite du cerveau).
  • Pas ou peu d’effet(s) secondaire(s).
  • Indolore.

Les critères d’efficacité

L’efficacité du traitement par Neurofeedback repose sur la répétition des entrainements. « En moyenne, les premiers effets s’observent au bout de 3-5 séances au cabinet, et parfois même dès la première séance lorsque la personne est « connectée à elle-même ». », nous affirme François Altwies.À titre comparatif, une séance au cabinet équivaut à 5 séances de 20 minutes à domicile. 

Un autre critère de réussite du traitement est la volonté du patient à fournir des efforts au quotidien pour modifier ses habitudes de vie qui sont délétères à sa santé physique et mentale.

Pour une question de budget, de gain de temps et de flexibilité, l’équipe du Neurofeedback Luxembourg recommande à ses clients la formule hybride. Ce type de formule propose des séances d’entrainement à domicile avec un suivi régulier au cabinet toutes les 4-6 semaines.

Ils l’ont dit : 

  • « Votre cerveau est extraordinaire. Il peut se remodeler et évoluer tout au long de la vie. Intéressez-vous à lui, à ce qu’il peut vous offrir et prenez-en soin. » François Altwies
  • « En favorisant l’auto-régulation du cerveau, le Neurofeedback permet de reprendre confiance en soi et en ses capacités, de retrouver un meilleur discernement et un meilleur contrôle de soi-même. » Nadia Augusto
  • « Le Neurofeedback est aussi efficace que la Ritaline et les thérapies cognitives utilisés comme traitement chez les enfants atteints de TDA/H. » François Altwies

Coordonnées : 

131, rue du Rollingergrund L-2440 Luxembourg
+352 274 089 46
infos@neurofeedback-luxembourg.com
https://www.neurofeedback-luxembourg.com

Post - Luxembourg - Santé
Céline Buldgen
Journaliste multimédia

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Cancer du pancréas : la chirurgie reste le traitement de référence

Si, à l’heure actuelle, on attribue encore un pronostic réservé aux patients atteints d’un cancer du pancréas, l’espoir est permis que l’on...

Le Sida du chat : FIV et FeLV

Pour cette édition, notre interlocuteur est Benoît Durand, qui oeuvre en tant que vétérinaire depuis 1992. Il est généraliste, pratique la médecine...