Home Santé Covid-19 : premier patient luxembourgeois testé au CHL dans le cadre d’un...

Covid-19 : premier patient luxembourgeois testé au CHL dans le cadre d’un nouvel essai clinique européen

Le premier des 60 patients luxembourgeois qui participeront à l’essai clinique européen « Discovery » a été recruté aujourd’hui au Centre Hospitalier de Luxembourg. L’étude, coordonnée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), vise à tester quatre thérapies expérimentales contre le COVID-19. Le premier patient inclus aujourd’hui s’est vu attribuer au hasard l’un des traitements prévus. Le CHL, et plus particulièrement son Service National des Maladies Infectieuses (SNMI) et son service de Soins intensifs, ainsi que les Hôpitaux Robert Schuman (HRS), en collaboration avec le Luxembourg Institute of Health (LIH), avaient précédemment rejoint le consortium de l’étude lors de son lancement, le 22 mars dernier. 

COVID-19 est une maladie infectieuse causée par le nouveau coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2). Elle est caractérisée par des symptômes pseudo-grippaux tels que toux, fièvre et, dans les cas plus graves, insuffisance respiratoire. Il n’existe actuellement aucun traitement spécifique pour COVID-19. 

« Discovery » : une étude interventionnelle proactive 

« Discovery » évaluera l’efficacité et l’innocuité de quatre molécules antivirales expérimentales qui pourraient être efficaces contre COVID-19, sélectionnées selon les dernières preuves scientifiques. Il s’agit notamment du remdesivir, du lopinavir, du ritonavir, du lopinavir-ritonavir associé à l’interféron bêta1 et de l’hydroxy-chloroquine, qui sont classés comme traitements expérimentaux prioritaires par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Les molécules seront administrées à travers quatre modalités de traitement différentes, en parallèle avec les soins standard qui seront pris comme référence. À savoir, les modalités comprennent le remdesivir avec les soins standard ; une combinaison de lopinavir et de ritonavir avec les soins standard ; cette dernière combinaison en présence d’interféron bêta ; et l’hydroxy-chloroquine avec les soins standard. Ces options de traitement seront attribuées au hasard aux participants à l’étude, bien que les patients et les médecins sauront quelle modalité a été administrée. L’efficacité et l’innocuité des médicaments seront évaluées 15 jours après le recrutement de chaque participant. 

« Discovery » vise à inclure un total de 3 200 patients atteints de formes modérées à sévères de la maladie, originaires de plusieurs pays européens. La force de l’essai réside dans sa nature proactive et adaptative, qui permettra d’affiner les thérapies testées en temps réel, en excluant celles qui s’avèrent inefficaces et en les remplaçant par de nouveaux médicaments en cours de développement dans le cadre de projets de recherche en cours. Cela permettra d’identifier rapidement les traitements les plus efficaces et d’intervenir sur les patients atteints de COVID-19. 

L’essai au Luxembourg : pratique clinique et recherche unissent leurs forces 

L’essai est porté par le Dr Thérèse Staub (CHL), le Dr Jean Reuter (CHL) ainsi que le Dr Claude Braun (HRS) et le Dr Marc Berna (HRS), avec le LIH en tant que coordinateur pour le Luxembourg. L’équipe est responsable du recrutement des patients et coopère étroitement avec le Centre d’Investigation et d’Épidémiologie Clinique (CIEC) du « Department of Population Health » du LIH. Le lancement de l’étude a été facilité par la mobilisation du Ministère de la Santé et du Comité National d’Ethique de Recherche (CNER), qui ont permis la mise en place des procédures de révision et d’autorisations en urgence. 

« Nous sommes ravis d’avoir si rapidement commencé le recrutement des patients, que quelques semaines après le lancement officiel de l’essai clinique », déclare le Dr Staub, directeur du SNMI et investigateur principal de l’étude. « L’objectif du projet est de fournir des solutions de traitement concrètes à un nombre croissant de patients dans un état critique au plus vite. La collaboration étroite avec les autorités nationales compétentes et le LIH a été décisive pour assurer le déploiement rapide de l’étude, marquant ainsi le début de notre contribution à l’endiguement de la pandémie en cours au Luxembourg et à l’étranger », ajoute- t-elle. 

« Nous sommes fiers d’avoir mis notre expertise dans la mise en place d’essais cliniques au service de la communauté luxembourgeoise en contribuant à l’implémentation de cette prestigieuse étude internationale », conclut le Prof Laetitia Huiart, Directrice du « Department of Population Health » du LIH et professeur affilié à la Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Médecine de l’Université du Luxembourg. 

L’étude complétera également les données qui seront générées dans le cadre de « Solidarity », un essai clinique international sous les auspices de l’Organisation mondiale de la santé. 

« Discovery », coordonné par l’Inserm, est un essai européen soutenu financièrement à travers les projets européens « COMBACTE », « PREPARE » et « RECOVER ». 

Source : communiqué de presse du LIH.

Post - Luxembourg - Santé
Céline Buldgen
Journaliste multimédia

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Rentrée scolaire : entre respect des gestes barrières et peur du Covid-19

En raison de la crise sanitaire actuelle, la rentrée scolaire soulève certainement encore un peu de crainte de la part des enseignants,...

Obésité: les raisons du fiasco!

Comment faire la guerre aux kilos sans fâcher l'industrie agroalimentaire (car leurs choix agricoles ont accéléré l'épidémie d’obésité) ? Des mécanismes complexes livrent...