Pour progresser au rugby, misez sur le dépassement de soi et le plaisir du jeu

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Endurance, explosivité, analyse du jeu, communication entre les joueurs… L’acquisition de ces aptitudes au rugby exige de la discipline, de la rigueur et de la patience. Mais le rugby, c’est aussi le dépassement de soi, l’esprit d’équipe, le respect et surtout le plaisir du jeu. Nous avons rencontré Jonathan Prince, l’un des entraineurs du Club de Rugby de Walferdange, pour aborder avec nous la question que tout joueur de rugby se pose un jour : comment puis-je progresser rapidement ?

Le développement des aptitudes

Pour progresser, les joueurs de rugby doivent développer certaines aptitudes. Ces aptitudes vont dépendre du type de poste attribué et de ses spécificités. 

Une équipe de rugby à XV se compose de quinze joueurs ayant des postes bien définis. Huit d’entre eux sont les avants et les 7 autres sont les arrières.

Jonathan Prince nous explique : « Les avants vont être plus dans une logique de conquête de la balle et d’affrontement direct avec l’équipe adverse. Les aptitudes physiques requises pour ces joueurs sont plutôt la force directe, la capacité de combat et l’endurance (c’est-à-dire la capacité à tenir un effort intense sur la durée). Outre les trois joueurs de la première ligne (numéros 1, 2 et 3) qui ont des physiques proches de ceux des lutteurs, d’un point de vue morphologique, les avants ont une assez grande taille pour pouvoir conquérir le ballon lors des combats aériens lorsqu’il va y avoir des phases de jeu ou une remise en jeu lors des touches. Quant aux arrières, ils sont censés regagner la ligne d’avantage tout en se passant le ballon vers l’arrière. Par conséquent, ils doivent être plus rapides et être capables de développer des capacités de déplacement et de coordination. Ces joueurs vont être plus dans l’évitement, le débordement et le contournement par la vitesse. À cela s’ajoute aussi le fait qu’ils doivent probablement faire preuve de plus de dextérité que les autres joueurs pour transmettre le ballon. »

Une équipe, plusieurs entraîneurs 

Au rugby, il y a très souvent un entraineur qui supervise les avants et un autre entraineur qui forme les arrières. Chaque entraineur a des missions bien définies qui vont permettre aux joueurs d’évoluer techniquement et tactiquement. « Dans les clubs de rugby professionnels évoluant dans les grands championnats d’Europe, les équipes d’élite sont supervisées par une batterie d’entraineurs spécialistes de la défense, de la conquête, de l’attaque. Il y a également des préparateurs physiques qui encadrent la préparation physique des joueurs lors de l’inter-saison d’une part et d’autre part tout au long la saison (pour la réathlétisation des joueurs blessés, le maintien de la forme physique sur toute la durée des matchs, etc). », souligne Jonathan Prince. 

Des sports en complément du rugby

Pour améliorer leurs performances physiques et leur endurance, les joueurs de rugby peuvent pratiquer d’autres sports. Le running est un sport particulièrement intéressant pour les athlètes qui augmentent ainsi leur VMA (vitesse maximale aérobie), c’est-à-dire la vitesse de course à laquelle le coureur atteint sa consommation maximale d’O2. Jonathan Prince, entraineur des arrières au Club de Rugby de Walferdange, fait travailler les muscles et l’endurance de ses joueurs en leur faisant faire des séances de 400 mètres. Le demi-fond s’avère aussi très efficace. Il nous dit : « Pour développer la musculature qui est indispensable au travail de l’explosivité et de l’endurance au rugby, les joueurs peuvent également faire de la musculation, de la boxe ou encore du cross-fit. La natation va permettre quant à elle d’améliorer la coordination des mouvements et la musculature du haut du corps. Le basket est un sport très utile pour les joueurs de seconde ligne (les n°4 et n°5) qui sautent en touche car il faut pouvoir avoir une coordination avec le lanceur de la balle, tout en ayant suffisamment de dextérité pour rattraper le ballon. » 

Les bases de l’entrainement

Lors des entrainements de rugby, la répétition d’exercices spécifiques qui sont associés à différentes phases du jeu (transmission du ballon, mêlée…) est primordiale. Les exercices proposés aux joueurs sont axés sur la vitesse, la vivacité, la coordination musculaire, la vitesse d’analyse ou encore la prise de décision. 

Les exercices d’entrainement de base sont : 

1. Pour les avants et les arrières : 

Le travail de la passe.

Le déplacement du ballon et la conservation du ballon (toujours dans un esprit de jeu collectif).

 2. Pour les avants : 

Les touches et les mêlées.

3. Pour les arrières : 

– La redistribution des joueurs sur le terrain et le jeu au pied.

– Le plaquage. « Il est important d’apprendre aux défenseurs comment positionner leur tête et leurs corps pour se protéger mais aussi protéger les attaquants de l’équipe adverse. », souligne Jonathan Prince. 

Le rugby est l’un des sports qui nécessite le plus l’esprit d’équipe et de solidarité. 

La sécurité des joueurs 

Jouer au rugby peut faire mal (plaquages dangereux, risques en touche…). C’est pourquoi les joueurs se doivent de respecter les règles établies et les conseils avisés de l’entraineur. «Au rugby, le haut du corps – surtout les épaules et la nuque – est fortement exposé au risque de blessure. Tout au long de l’année, et en particulier lors de l’inter-saison, la préparation physique des joueurs et le développement musculaire sont essentiels pour protéger ces zones du corps qui sont sensibles aux chocs physiques. En tant qu’entraineurs, nous veillons toujours à ce que nos joueurs soient prêts physiquement à encaisser les coups et qu’ils maîtrisent les bases techniques avant de participer à un match. Il en va de leur intégrité physique. », précise l’entraineur. 

Le plaisir du jeu

Au rugby, comme pour n’importe quel autre sport, il est important que les joueurs prennent du plaisir à jouer et à se dépasser. C’est pourquoi l’entraineur a pour mission de créer un environnement positif, une cohésion d’équipe et une solidarité entre les joueurs. Jonathan Prince : « Il existe toujours une certaine appréhension pour les joueurs de monter sur le terrain, mais celle-ci doit rapidement laisser la place au plaisir de jouer et au fait de relever le défi physique. Une fois que le jeu est lancé, la peur disparaît car les joueurs savent qu’ils peuvent compter les uns sur les autres, et que tous ensemble, ils sont plus forts. Quand on voit ensuite que les athlètes jouent avec fluidité et vitesse, que les combinaisons de jeu s’enchaînent à merveille, il en ressort une grande satisfaction autant pour l’entraîneur que pour les joueurs. »

Aucun joueur ne doit monter sur le terrain en ayant la peur au ventre… La préparation physique et mentale des joueurs est primordiale avant un match.

Niveau de maturité des joueurs

La très grande majorité des joueurs de rugby ont commencé vers l’âge de 5-6 ans le rugby et sont passés par une école de rugby pour apprendre les bases du jeu et les règles établies. Les joueurs de rugby vont en général s’exprimer pleinement dans leur jeu et prendre un réel plaisir à jouer lorsqu’ils vont pratiquer le rugby en intégrant une équipe senior. Jonathan Prince nous le confirme : « La pleine maturité dans le jeu des joueurs va évidemment dépendre des postes ainsi que des spécificités de chaque poste. Les joueurs n°9 et n°10 au rugby, sont les joueurs qui conduisent le jeu. Ils forment ce que l’on appelle « la charnière ». Le n°9 est l’organisateur du jeu des avants, tandis que le n°10 est l’organisateur du jeu des arrières. Ces deux joueurs, qui travaillent en synergie sur le terrain, acquièrent une maturité de jeu vers l’âge de 25-30 ans. Bien sûr, il y a toujours des exceptions. On peut voir des joueurs  professionnels qui sont absolument impressionnants dans leur jeu, alors qu’ils sont très jeunes. Dans les équipes d’élite, les joueurs avants qui se trouvent en première ligne lors de l’affrontement direct dans les mêlées acquièrent en règle générale un niveau de jeu mature vers l’âge de 30 ans. »

Communication entre joueurs

Lors d’un match de rugby, la communication verbale et non verbale est essentielle entre les joueurs. En effet, il est important que les joueurs puissent se donner oralement des informations dans le but de mieux se répartir sur le terrain, de créer un déséquilibre entre les attaquants et les défenseurs ou encore de donner des informations à celui qui va porter le ballon. Au rugby, la prise de décision et l’attention portée aux informations transmises par les coéquipiers sont capitales. 

L’équipe actuelle du Rugby Club Walferdange qui évolue en 2e division allemande.

Le coach l’affirme : « En tant qu’entraineur, je peux changer le « visage » tactique  de mon équipe en optant pour des remplacements de joueurs. Mais, cela c’est dans la théorie… car lorsque le match est lancé, le jeu appartient aux joueurs. Et c’est tant mieux, parce que le rugby, c’est avant tout un sport où l’on se fait plaisir en groupe! » 

La « culture rugby » 

Pour pouvoir progresser rapidement au rugby, les joueurs doivent faire preuve d’une certaine curiosité et développer une véritable « culture rugby ». Outre sa propre expérience du jeu, l’athlète apprend en effet énormément par la documentation ou par l’observation du jeu d’autres équipes.

Le rugby à toucher, une version plus soft

Cette forme de rugby permet d’enlever la dimension du contact physique, et peut dès lors servir à entrainer des joueurs qui commencent à s’initier au rugby sur le tard. Jonathan Prince nous explique : « Concrètement, au lieu de plaquer l’adversaire au sol pour tenter de récupérer le ballon, les joueurs utilisent comme moyen « le toucher ». Le joueur touché par l’adversaire doit alors signaler qu’il a été « touché ». Il est possible d’utiliser aussi des ceintures contenant des petites lamelles qui sont attachées avec un scratch et que l’on peut enlever. Ces formes de rugby plus soft ont l’avantage d’aider véritablement les joueurs débutants à comprendre le principe de répartition sur le terrain et les règles de jeu, tout en enlevant la dimension de combat et donc le risque de chocs physiques. Le rugby à toucher n’est pas réservé uniquement aux joueurs débutants pour autant. Le Luxembourg possède une équipe de rugby à toucher qui participe aux championnats d’Europe. »

Source :

Letz be healthy (juin 2021).

Auteur : Céline Buldgen.

Copyright photos : Rugby Club Walferdange.

Découvrez tous nos articles liés au sport.

Poke bowl

Poke bowl au saumon mariné

En ce mois de septembre, Virginie di Tore vous propose une recette de Poke Bowl au saumon mariné. Un bonheur pour les yeux et les

Pour vous

Articles suggérés

ostéopathie pour animaux

L’ostéopathie pour animaux

L’ostéopathie est une approche thérapeutique qui vise à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité qui troublent le bon fonctionnement du corps humain. Cela