VIH : soyons solidaires et responsables

Prévention HIV
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Nous sommes tous concernés par la transmission du VIH ou d’autres maladies sexuellement transmissibles (l’herpès génital, la chlamydia, la gonorrhée,…). Il en revient à chacun(e) d’être responsable et de se protéger, tout en ne discriminant pas les personnes vivant avec une maladie sexuellement transmissible. Ce n’est donc pas par hasard que le thème choisi cette année lors de la Journée mondiale contre le sida, célébrée chaque année le 1er décembre, est : « Solidarité mondiale et responsabilité partagée ».

Lutter contre le VIH

Plusieurs méthodes et interventions s’avèrent aujourd’hui efficaces pour réduire le risque d’infection à VIH et se protéger de cette infection. On peut citer : 

  • les préservatifs masculins et féminins, 
  • l’administration de médicaments antirétroviraux en guise de prophylaxie préexposition (PPrE), 
  • les interventions en faveur des changements de comportement pour la limitation du nombre de partenaires sexuels, 
  • l’emploi d’aiguilles et de seringues propres,
  • le traitement substitutif aux opiacés (méthadone par exemple),
  • le traitement des personnes vivant avec le VIH. Grâce à l’efficacité des traitements antirétroviraux et à condition que le traitement soit bien suivi, la grande majorité des patient(e)s traité(e)s ont une charge virale indétectable.

Malgré cela, l’épidémie de VIH dans le monde reste difficile à stopper…

Le préservatif pour éviter le sida
Le préservatif est aujourd’hui le seul (et meilleur) moyen d’empêcher la contamination par voie sexuelle. 

Comment se faire dépister ?

Le test de dépistage des anticorps anti-HIV est appelé couramment test du SIDA. Une prise de sang permet de détecter la présence de ces anticorps qui sont produits après l’introduction du virus dans le corps.

Les anticorps peuvent souvent être déjà détectés 2 à 3 semaines après l’infection. Cependant, un résultat négatif sera seulement fiable à 100% 6 semaines après le comportement à risque. Durant ce délai de 6 semaines, il est donc important d’adopter des comportements de prévention (utilisation du préservatif et/ou de seringues individuelles). Le résultat du test de dépistage est communiqué en principe dans les 3 jours ouvrables.

En cas de résultat positif (séropositif), un deuxième test est réalisé pour confirmer le premier test. Si ce deuxième test est lui aussi positif, cela signifie que la personne est infectée par le HIV/SIDA et qu’elle peut transmettre le HIV/SIDA à d’autres personnes.

Précisons qu’un résultat négatif (séronégatif) est fiable seulement si la dernière situation à risque remonte à au moins 6 semaines avant le test de dépistage.  

Où faire le test ?

Vous pouvez vous présenter sans rendez-vous préalable et sans ordonnance médicale au:

  • Laboratoire National de Santé
    1, rue Louis Rech -L-3555 Dudelange
    https://www.lns.public.lu/
  • Centre Hospitalier du Nord
    120, avenue Salentiny -L-9080 Ettelbruck
    https://www.chdn.lu/
  • DIMPS : Dispositif d’Intervention Mobile pour la Promotion de la Santé sexuelle 
    Une unité mobile permettant d’aller à la rencontre des clients et qui vise à élargir le dépistage anonyme et gratuit.
    dimps@croix-rouge.luwww.dimps.lu

Le test de dépistage du HIV/SIDA peut être prescrit par le médecin traitant. Il peut également être effectué dans tout autre laboratoire d’analyses médicales.

Le test rapide, c’est quoi ?

Saviez-vous qu’il existe un test de dépistage rapide par TROD (Test Rapide d’Orientation Diagnostique) pour détecter la présence d’anticorps anti-VIH ? Une goutte de sang prélevée à l’extrémité du doigts est ensuite mélangée à un réactif. L’annonce sur résultat se fait en une minute. Ce test est très fiable, à condition d’avoir respecté un délai de 12 semaines entre la dernière prise de risque et le test. 

Ce type de test peut se faire anonymement, gratuitement et sans rendez-vous :

  • A l’HIV-Berodung Croix-Rouge, 94 bvd Général Patton, L-2316 Luxembourg. Tous les lundis et mercredis de 17h00 à 19h00.
  • Au DIMPS : Dépistage par tests rapides. Les lieux et horaires de passage du DIMPS sont consultables sur le site www.dimps.lu.

Le dépistage par autotest 

Ce type de test peut être réalisé à partir de 12 semaines suite à un risque d’infection au VIH. Les autotests VIH sont disponibles au Luxembourg dans les pharmacies et dans les supermarchés CACTUS. 

Le traitement d’urgence

La prophylaxie postexposition (PEP) est un traitement d’urgence qui doit être pris le plus rapidement possible après une situation à haut risque de transmission du HIV/SIDA, idéalement dans les 72 heures. Son but est d’empêcher que la personne ne devienne séropositive. Mais, attention, cette thérapie n’est pas efficace dans tous les cas. Elle n’est donc pas une garantie absolue contre l’infection HIV/SIDA. 

Ce traitement d’urgence consiste à prendre plusieurs médicaments par jour pendant 4 semaines à heures fixes. Les effets secondaires sont fréquents et désagréables. Pour augmenter ses chances d’éviter l’infection, mieux vaut suivre le traitement à la lettre. Un test de dépistage sera fait immédiatement pour déterminer si la personne est séronégative. Il sera répété après six semaines et trois mois.

Pour recevoir la PEP, rendez-vous au Service National des Maladies Infectieuses du CHL (Unité de Soins U 20 au 2e étage). 

Le traitement d’urgence post-exposition au VIH ne peut remplacer la prévention. 

Quand faire appel au traitement d’urgence ?

Le traitement d’urgence est vivement recommandé dans les cas suivants : 

  • Vous êtes professionnel de santé et vous venez de vous piquer avec une aiguille contenant du sang contaminé, vous venez de recevoir du sang dans les yeux, dans la bouche (toux avec expectoration de sang d’un patient).
  • Après des rapports sexuels vaginaux ou anaux non protégés avec une personne séropositive.
  • Après des rapports bucco-génitaux non protégés, quand le sperme ou du sang des règles pénètre dans la bouche et/ou est avalé, avec une personne séropositive.
  • En cas de rupture du préservatif lors d’un rapport sexuel avec une personne séropositive.
  • Après un échange de seringue avec une personne séropositive.

Sources : 

Pour vous

Articles suggérés

Redken

New Redken Deep Clean Dry Shampoo

Passez moins de temps dans la salle de bain et rafraîchissez instantanément vos cheveux. Un shampoing sec à la formule unique contenant de l’amidon de