Home Santé Mobbing, un silence qui en dit long...

Mobbing, un silence qui en dit long…

Le harcèlement au travail (ou mobbing) est un problème grave qui touche de nombreux salariés au sein de leur entreprise. C’est un phénomène de plus en plus fréquent . Le Grand duché qui n’est pas épargné ne dispose pas encore de loi concernant ce problème.

Qu’est-ce que le harcèlement moral ?

Marie-France Hirigoyen, psychiatre, psychanalyste, a publié en 1998 «Le harcèlement moral : la violence perverse au quotidien». Selon elle : «le harcèlement moral au travail se définit comme toute conduite abusive (gestes, paroles, comportement, attitude…) qui porte atteinte, par sa répétition ou sa systématisation, à la dignité ou à l’intégrité psychique ou physique d’une personne, mettant en péril l’emploi de celle-ci, dégradant le climat de travail».

mobbing

Selon l’Agence européenne pour la sécurité au travail : « il n’existe pas une définition unique. Le harcèlement moral sur le lieu de travail est un comportement anormal et répété. Il est dirigé contre un employé ou un groupe d’employés et génère un risque pour la santé et la sécurité des individus ». Précisons qu’il s’agit d’agissements répétés qui peuvent aussi bien émaner d’un supérieur hiérarchique que d’un collègue de travail. Cela dégrade considérablement les relations de travail en portant atteinte à la santé psychique de la personne harcelée. 
 
Les caractéristiques du mobbing sont les suivantes : confrontation, brimades et sévices, dédain de la personnalité et répétition fréquente des agressions sur une assez longue durée en induisant un mal être de la personne harcelée ou pire.

Où commence le harcèlement moral ?

La personne harcelée est victime d’un gros mal être. En général, elle culpabilise et se remet en question. On s’arrange pour qu’elle se sente inutile, incapable, on tente de l’isoler, on la déstabilise. De ce fait, la victime se replie sur elle-même, est sur le qui vive et peut devenir irritable, agressive. C’est triste à dire mais l’exclusion provoque une remise en cause qui peut conduire à la dépression. Et dans les cas extrêmes au suicide.  
Les cas de harcèlement moral naissent souvent dans des entreprises où ne règnent pas l’esprit collectif et l’entraide.

Comment s’en sortir ?

La victime ne doit pas hésiter à sortir de son silence. Il faut aller voir un psy afin de trouver de l’aide et une façon plus rapide de tourner la page. Personne n’oublie mais il existe des moyens de diminuer les angoisses.

Les conséquences du mobbing

Si rien n’est fait pour stopper le processus, les instigateurs atteignent en général leur but : la personne est exclue de l’entreprise, soit parce qu’elle est congédiée, soit parce qu’elle démissionne.

Sur le plan psychologique, la personne en question vit dans un stress permanent. Le pire est qu’elle peut se sentir coupable. Les conséquences sont multiples : difficultés d’endormissement, insomnie. Sous le stress, elle sera moins compétente, ce qui donnera à son harceleur de quoi la harceler plus encore. Un cercle vicieux est alors déclenché.

La victime va avoir recours à des anxiolitiques, anti-dépresseurs… de l’alcool, plus de tabac… Elle va se mettre en maladie pour se préserver, des arrêts maladies répétitifs ou de longue durée. On parle ici de réelle souffrance qui semble ne pas avoir de solutions…

La protection du salarié harcelé

mobbing

Il n’existe actuellement pas de loi spécifique en matière de harcèlement moral au Luxembourg. La jurisprudence implique que la notion de harcèlement moral fait partie intégrante du système juridique luxembourgeois.
Les tribunaux se fondent sur le droit commun, à savoir l’article 1134 du Code civil, pour se prononcer sur les cas de harcèlement moral survenu au travail. Ceci implique cependant qu’il appartient à la victime d’apporter non seulement la preuve des faits de harcèlement moral mais également que le dommage subi est directement lié au prétendu harcèlement moral, ce qui est extrêmement compliqué évidemment.

Les obligations de l’employeur

S’il a connaissance des faits de harcèlement moral, l’employeur est dans l’obligation, en tant que détenteur du pouvoir de direction de l’entreprise, d’assurer à ses salariés de bonnes conditions de travail. Il se devra dans ce cas, de prendre les mesures nécessaires pour stopper le harcèlement moral au sein de son entreprise. Selon la jurisprudence : s’il ne le fait pas, et même s’il n’est pas l’auteur des faits constitutifs de harcèlement moral, l’employeur peut engager sa responsabilité en tant que chef d’entreprise. Il se doit donc de prévenir des agissements de harcèlement moral et de prononcer des sanctions disciplinaires contre l’auteur du harcèlement.

ATTENTION

Le harcèlement moral n’est pas à confondre avec une situation de stress important ou de difficultés relationnelles au travail. Pour qu’il s’agisse d’un harcèlement moral, l’attitude du harceleur doit dépasser le cadre normal des relations professionnelles. Un simple événement lié aux impératifs de la vie en entreprise, et qui serait mal ressentie par le salarié, n’est pas nécessairement constitutive d’un harcèlement moral.

Pour vous aider dans vos démarches contactez Mobbing Asbl Luxembourg

Consultez nos autres articles de notre rubrique Santé

Post - Luxembourg - Santé
Sandrine Stauner-Facques
Journaliste / Chargée de Communication et des événements

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Obésité: les raisons du fiasco!

Comment faire la guerre aux kilos sans fâcher l'industrie agroalimentaire (car leurs choix agricoles ont accéléré l'épidémie d’obésité) ? Des mécanismes complexes livrent...

Comment notre journaliste Sandrine s’occupe durant le confinement ?

J’ai constaté en consultant les réseaux sociaux que nombreux de mes contacts profitaient du confinement pour cuisiner. OK c’est super, on a...