Home Santé Médecins du Monde Luxembourg présente son rapport d’activité 2019

Médecins du Monde Luxembourg présente son rapport d’activité 2019

Face à des besoins croissants et dans un contexte de crise sanitaire et économique, Médecins du Monde demande à ce que la Couverture sanitaire universelle (CSU) soit rapidement mise en place au Luxembourg.

Le 9 juillet, Médecins du Monde Luxembourg (MdM) a présenté publiquement son rapport annuel pour l’année 2019. Celui-ci est téléchargeable sur le site www.medecinsdumonde.lu.

En 2019, les équipes surtout bénévoles de MdM ont offert 2.867 consultations de soins de santé dans les centres de soins à Luxembourg et à Esch-sur-Alzette à des personnes pauvres, seules et mal logées.

Parmi les 884 personnes ayant reçu un suivi médical en 2019, 95% vivent sous le seuil de pauvreté et 79% n’ont aucune couverture de santé. Véritable marqueur de précarité, le mal-logement a des conséquences lourdes sur la santé et l’accès aux soins des personnes vivant à la rue et dans des squats. Cependant, grâce au soutien de plus en plus important reçu de la part du Ministère de la Santé, MdM a pu développer une offre médico-sociale mieux adapté aux besoins.

COVID-19 : les personnes sans abri, davantage précarisées par la crise sanitaire

En tant qu’ONG médicale intervenant auprès des plus vulnérables au Luxembourg, l’asbl Médecins du Monde s’est pleinement mobilisée face à la pandémie Covid-19. Son but : protéger et confiner les personnes sans logement, sans CNS, âgées et atteintes de maladies graves et assurer la continuité de leur accès aux soins réguliers dont elles ont besoin.

Si la prise en charge de toute personne présentant des symptômes d’infection Covid-19 dans les centres de soins avancés (CSA), indépendamment de leur couverture sociale, a été assurée par l’Etat, les personnes sans abri, malades et âgées et particulièrement vulnérables à une contamination COVID-19 n’ont pas pu être confinées. Alors que le mot d’ordre était celui du confinement, alors que des mesures d’hébergement d’urgence étaient prises pour isoler des personnes en procédure d’asile, les personnes sans abri et malades ont été invitées à se rendre dans les locaux de la Wanteraktioun au Findel, où, suivant des études scientifiques, le risque majoré de contamination au COVID-19 est de 84,5% si l’habitat est collectif. 

Médecins du Monde Luxembourg présente son rapport d’activité  2019
L’une des missions de Médecins du Monde Luxembourg est de venir en aide aux sans abris.

Aujourd’hui, MdM travaille activement avec le Ministère de la Famille pour héberger, dans des conditions adaptées à leurs problèmes médicaux, deux personnes sans abri, âgées et gravement malade. L’une d’elles, atteinte d’un cancer et en traitement lourd de chimiothérapie, est logée dans un hôtel par MdM. L’autre est atteinte d’une grave insuffisance respiratoire et est hébergée provisoirement au Haus Omega. 

Dans sa réponse du 11 juin à la question parlementaire n°2367, Madame la Ministre de la Famille a confirmé que ces personnes seraient prises en charge. Médecins du Monde reste confiant dans le fait que ces deux personnes pourront rapidement intégrer une structure d’hébergement médicalisée.

MdM rappelle que l’inconditionnalité de l’accueil doit devenir le cœur de l’action sociale, pour que les personnes sans abri aient un accès effectif à un toit. Cet accueil doit permettre aux personnes en grande précarité d’être hébergées dans des conditions compatibles avec leur état de santé.

Par ailleurs, toutes les personnes, vivant dans des situations précaires (logement, travail, santé) au Luxembourg, sont frappées plus durement par la crise économique que le reste de la population. Faute d’adresse officielle, elles n’ont droit à aucune aide sociale et sont exclues des campagnes de prévention. Faute d’un système de soins plus inclusif, MdM redoute une augmentation de la précarité et du nombre de personnes exclues des soins et de l’assurance maladie dans les mois à venir.

7 constats suite à la crise COVID-19

Voici les constatations de Médecins du Monde Luxembourg :

1. Il est possible de prendre en considération les personnes sans assurance maladie : elles sont été accueillies dans les Centres de dépistage COVID-19 (CSA) et les frais de testing / isolement pris en charge par l’Etat.

2. Nécessité absolue d’une Couverture sanitaire universelle incluant le plus de monde possible dans l’assurance maladie : la crise économique augmente l’interruption des soins.

3. Nécessité de généraliser le tiers-payant à toutes les personnes en situation de vulnérabilité pour tous les actes effectués en ambulatoire afin que personne ne soit contraint de renoncer à des soins de santé pour des raisons financières.

4. Il manque une structure d’accueil de type lits médicalisés faisant le pont entre l’hôpital et la rue, pour les femmes et les hommes sans abri dont l’état de santé est incompatible avec la vie en rue.

5. Les structures d’hébergement existantes devraient accueillir des personnes sans autorisation de séjour, sans CNS et sans revenus (élargissement des critères d’admission existants).

6. Nécessité d’un centre d’accueil d’urgence pour les personnes sans abri ouvert toute l’année et permettant la protection individuelle des personnes les plus fragiles.

7. Il serait bon de soutenir les associations travaillant dans le domaine social pour éviter l’interruption de leurs services tout en les impliquant dans les décisions opérationnelles sur le plan national.

Source :

Communiqué de presse de Médecins du Monde Luxembourg

Post - Luxembourg - Santé
Céline Buldgen
Journaliste multimédia

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Obésité: les raisons du fiasco!

Comment faire la guerre aux kilos sans fâcher l'industrie agroalimentaire (car leurs choix agricoles ont accéléré l'épidémie d’obésité) ? Des mécanismes complexes livrent...

Comment notre journaliste Sandrine s’occupe durant le confinement ?

J’ai constaté en consultant les réseaux sociaux que nombreux de mes contacts profitaient du confinement pour cuisiner. OK c’est super, on a...