Home Animaux Ma profession ? Chien guide d’aveugle

Ma profession ? Chien guide d’aveugle

Comment se déroule la formation d’un chien guide d’aveugles ? Qu’attend-on de lui ? Quelles sont les races préconisées ? Roland Welter, Président de l’association Chiens Guides d’Aveugles au Luxembourg, répond à ces questions.

La demande d’obtention d’un chien guide d’aveugle, comme aide technique, suit une procédure bien codifiée. La personne malvoyante ou aveugle doit tout d’abord envoyer à l’Assurance dépendance une demande de prestations accompagnée d’un rapport R20 rempli par son médecin généraliste ou son ophtalmologue. La Cellule d’Évaluation et d’Orientation (CEO) de l’Assurance dépendance convoque ensuite la personne pour réaliser un bilan médico-psychologique. En fonction des résultats des examens, un dossier de demande sera envoyé par la CEO à l’Association des chiens guides du Grand Est. Si l’avis de l’école est positif pour l’octroi du chien guide, il sera remis gratuitement à la personne malvoyante ou aveugle. 

Notons que l’Association des chiens guides du Grand Est assurera , après la remise du chienguide qui dure deux semaines, un premier suivi du maître et de son chien entre 1 et 3 mois, un deuxième suivi après 6 mois ainsi qu’un troisièmesuivi après 12 mois. Un suivi régulier sera ensuite réalisé tous les ans. 

Les compétences du chien guide 

Le chien guide doit pouvoir être attentif aux besoins de son maître lorsqu’ils se promènent sur le trottoir. Ainsi, certaines aptitudes lui sont demandées : 

  • Contourner chaque obstacle qu’il peut contourner,
  • S’arrêter devant chaque obstacle qu’il ne peut pas contourner,
  • répondre aux ordres d’obéissance de base et de direction,
  • chercher les passages piétons,
  • signaler les bordures de trottoirs,
  • chercher et indiquer un escalier, sécuriser la montée ou la descente,
  • trouver une porte, un banc, une boîte aux lettres,…
  • désobéir aux ordres en cas de danger et prendre des initiatives.

Roland Welter souligne : « Le chien guide a ses propres limites. Par exemple, il est impossible pour lui de connaître les commandes telles que « va au supermarché, va à la gare » ou de trouver le nom d’une rue. Le chien et son maître forment une vraie « équipe » : le maître décide du parcours, le chien le guide sur le parcours choisi en évitant les obstacles. Le rôle d’un chien guide n’est pas non plus de défendre son maître en cas d’agression. Il ne peut distinguer les couleurs des feux aux passages pour piétons. La gestion des carrefours reste donc le travail du déficient visuel. »

Les désirs du chien guide

Pour son maître, le chien guide est un lien social et un vecteur de communication indéniable envers autrui. Cependant, chacun doit veiller à ne pas déranger le chien guide lorsqu’il assiste son maître: il doit rester concentré pour contribuer à la sécurité de son maître. 

De simples précautions sont à respecter:

  • ne pas caresser le chien et l’appeler lorsqu’il est en harnais,
  • ne pas lui proposer de nourriture,
  • ne pas provoquer de rencontre avec d’autres chiens,
  • ne pas le toucher pas, ni son maître et ne pas le retenir par son harnais.

« S’il-vous-plait, respecter ces consignes et parlez-nous avant de nous accoster par le bras, afin de ne pas nous effrayer. Votre aide sera la bienvenue pour nous aider à trouver les passages pour piétons ou trouver l’entrée d’un bâtiment. De même que pour nous indiquer la direction de la ligne de bus/train et nous avertir des différents arrêts. », souligne Roland Welter.

La formation de chien guide d’aveugle

La mise en place de structures d’élevage, de famille d’accueil et la formation permanente du personnel permettent une bonne homogénéité dans la qualité des chiens. Afin d’être reconnu comme chien d’assistance, le chien doit être spécialement formé et sa formation doit être homologuée par la ministre de la Famille et de l’Intégration. De plus, la personne handicapée doit pouvoir justifier la formation de l’animal par une médaille délivrée du ministère de la Famille et de l’Intégration sur présentation d´un certificat homologué. Cette médaille qui porte le même numéro que la puce électronique du chien d´assistance doit être fixée au collier ou au harnais de l’animal.  

Le déroulement de la formation :

De la naissance à 2 mois, chaque chiot est suivi individuellement. Un grand soin est porté aux différentes stimulations tactiles, sonores et autres.

A 2 mois, les chiens sont sélectionnés en tenant compte :

  • de leur comportement au sein de la meute,
  • de tests comportementaux, inspirés de Campbell,
  • de leur aptitude à être sociable,
  • de leur équilibre émotionnel.

De 2 à 12 mois, le chiot est placé en famille d’accueil où il reçoit une bonne éducation, dite « naturelle », incluant obéissance et savoir-vivre. Un travail de base, comprenant un certain vocabulaire, doit être effectué au cours de fréquentes sorties. Les éducateurs apportent aux familles d’accueil le soutien technique nécessaire. 

A partir de 6 mois, le jeune chien va régulièrement à l’école pour des stages progressifs.

De 12 à 18 mois, l’éducation spécifique commence: obéissance, évitement des obstacles, cheminement sur les trottoirs ou les routes de campagnes, les passages cloutés, présentation des portes, des escaliers, utilisation des transports en commun… Cette éducation comprend trois étapes successives basées sur le renforcement positif :

  • sensibilisation à l’obstacle,
  • apprentissage renforcé de l’obstacle,
  • responsabilité et prise d’initiative.

« Ce travail spécifique de guide dure environ six mois. Le chien doit prendre plaisir quand il porte le harnais avec lequel l’éducateur établit la relation avec l’obstacle. C’est pourquoi, l’éducation doit se faire avec un minimum de contraintes afin que le caractère du chien soit respecté. Des moments de détente et de repos complètent la journée du futur chien guide à l’école. », indique Roland Welter.

Chiens guides : les races choisies

  • Les Retrievers: Labrador, Goldgen (leur « croisement donne souvent de bons résultats), et plus rarement le Flat coat,
  • Le Berger Allemand,
  • Le Caniche Royal.

Accessibilité des lieux ouverts au public

Une loi établie le 22 juillet 2008 repose sur le principe de l’accessibilité de tous les lieux ouverts au public aux personnes en situation de handicap accompagnées d’un chien d’assistance. Par lieux ouverts au public, il faut entendre :

  • les transports,
  • les lieux ouverts au public et à usage collectifs, public et privés, tels que les cinémas, les théâtres, les magasins, les restaurants,…
  • les lieux permettant une activité professionnelle, formatrice ou socio-éducative.

Cette loi stipule que la présence du chien d’assistance à côté de la personne handicapée, de son éducateur ou de sa famille d’accueil ne doit pas entrainer de facturation supplémentaire dans l’accès aux services et prestations. Soulignons que le refus au chien d’assistance est punissable d’une amende de 250 euros.

Bon à savoir :

  • Le chien guide est considéré comme une aide technique. Sa demande d’obtention peut être accordée uniquement si la personne déficiente visuelle manie correctement la canne blanche pour se déplacer sur le trottoir. 
  • Les écoles de chiens guides d’aveugles regroupées en France dans la F.F.A.C. remettent gratuitement des chiens à des personnes malvoyantes ou aveugles au Luxembourg jugés aptes à en utiliser les services. » Ils ne font pas de démarchage a domicile.

Coordonnées :

Pour toute question concernant les chiens guides d’aveugles :

B.P. 2420

L- 1024 Luxembourg

Tél. : +352 621 286 153

E-mail : secretariat@chienguide.org

Web : www.chienguide.org

Source : D’après l’interview de Roland Welter, Président de l’association Chiens Guides d’Aveugles au Luxembourg.

Post - Luxembourg - Animaux
Céline Buldgen
Journaliste multimédia

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Rentrée scolaire : entre respect des gestes barrières et peur du Covid-19

En raison de la crise sanitaire actuelle, la rentrée scolaire soulève certainement encore un peu de crainte de la part des enseignants,...

Obésité: les raisons du fiasco!

Comment faire la guerre aux kilos sans fâcher l'industrie agroalimentaire (car leurs choix agricoles ont accéléré l'épidémie d’obésité) ? Des mécanismes complexes livrent...