Home Santé Cancer du sein : pensons au dépistage précoce et à la prévention

Cancer du sein : pensons au dépistage précoce et à la prévention

Depuis des années, le nombre de femmes qui décèdent des suites d’un cancer du sein recule. Cette évolution positive s’explique en grande partie par l’implémentation du Programme Mammographie au Luxembourg. Rencontre avec le Dr Fabienne Schaeffer, Radiologue sénologue et Catherine Pignon, Cadre soignant responsable de l’Unité de Sénologie au Centre Hospitalier de Luxembourg (CHL) pour nous en expliquer les tenants et aboutissants. Elles aborderont également les enjeux de l’auto palpation des seins et de la prévention dans la lutte contre le cancer du sein.  

Le « Programme Mammographie » (PM) est le programme national de dépistage du cancer du sein au Luxembourg. Il s’adresse à toutes les femmes de 50 à 70 ans et recommande de réaliser tous les 2 ans une mammographie pour dépister le cancer du sein. « Dès l’âge de 40 ans, les femmes peuvent faire un dépistage du cancer du sein en étant adressées par leur gynécologue. À partir de l’âge de 50 ans, elles sont invitées à passer une mammographie dans le cadre du programme national de dépistage du cancer du sein. », précise Catherine Pignon.  

Il faut savoir que ce dépistage cible les femmes qui ont un risque modéré de développer un cancer du sein. Cela signifie qu’elles n’ont pas d’autres facteurs de risque à part celui de l’âge. Le dépistage des femmes à risque élevé – lié à des antécédents familiaux de cancers du sein (du côté de la mère et du père) ou des ovaires est adapté à leur situation, éventuellement une consultation oncogénétique sera indiquée. Le Dr Schaeffer commente : « Seule une faible partie des cancers du sein sont héréditaires. Si votre grand-mère, votre maman ou votre sœur a eu un cancer du sein avant 50 ans, parlez-en à votre gynécologue. Chez les femmes qui présentent une mutation génétique, le dépistage du cancer du sein commence à 25 ans (entre 25 et 30 ans, il se fait par IRM, à partir de 30 ans par mammographie et IRM en alternance). La mammographie n‘est pas recommandée avant 30 ans, mais un dépistage est tout de même nécessaire chez ces femmes. »

Pourquoi faire une mammographie ?

La mammographie est un examen radiologique des seins. La réalisation de 4 clichés permet d’avoir une vue globale du sein dans plusieurs plans de l’espace. L’examen mammographique rend possible la détection de micro calcifications qui ne se voient pas à l’échographie.

Le dépistage systématique du cancer du sein apporte un réel bénéfice en terme de survie des patientes, comme nous le confirme le Dr Schaeffer : « Si on ne peut empêcher l’apparition d’une tumeur cancéreuse, il est possible par contre de la détecter à un stade précoce, c’est-à-dire lorsque la femme ne présente aucun signe clinique. Si un cancer est dépisté à un stade précoce, les patientes pourront se voir proposer des traitements moins invasifs et une chirurgie conservatrice. » 

Les craintes liées à la mammographie

Certaines femmes ressentent une certaine appréhension vis-à-vis de la mammographie, pour plusieurs raisons :  

  • La dose de rayons X : 

La quantité de rayons X administrée lors de la mammographie est très faible et n’entraîne pas de conséquences pour la santé des patientes. Les mammographes de nouvelle génération délivrent des doses d’irradiation moins élevées qu’auparavant tout en en permettant un diagnostic très précis.

  • La compression des seins : 

La compression des seins lors de la mammographie est adaptée au ressenti de la patiente. Elle permet de diminuer l’épaisseur du sein et donc de diminuer la dose de RX. Elle sert également à étaler la glande mammaire et par conséquent de mieux voir les structures qui se superposent. 

  • Le port de prothèses mammaires : 

Il n’existe aucun risque de détérioration ou d’éclatement des prothèses mammaires lors de la mammographie. Les prothèses mammaires sont en effet construites dans des matériaux qui résistent aux chocs.

6 clichés sont réalisés, dont 2 clichés avec la technique d’Eklund. Cette manœuvre consiste à repousser  la prothèse  en arrière pour mieux visualiser la glande mammaire. Cette technique est indolore et sans crainte pour la prothèse.

L’échographie et la biopsie

La mammographie est souvent couplée à une échographie (et/ou une biopsie). 

L’échographie est complémentaire à la mammographie en cas de seins denses. Elle permet de voir les lésions masquées en mammographie et qui ne se voient qu’en échographie. « Pour les seins en involution graisseuse, l‘échographie n‘est pas nécessaire. La mammographie est suffisante; elle est très bien interprétable vu qu‘il n‘y a pas de superposition de tissu glandulaire. L’échographie seule et de 1ère intention ne sera utilisée comme examen diagnostique que chez les femmes enceintes et les femmes jeunes. », souligne le Dr Schaeffer.  

Les patientes porteuses de prothèses mammaires bénéficient systématiquement d’une échographie mammaire en complément de la mammographie.

En cas de découverte d’une masse suspecte, une biopsie du sein est réalisée, en général, sous contrôle échographique. En présence de micro calcifications suspectes à la mammographie, non visibles à l’échographie, une biopsie mammaire sous guidage stéréotaxique sera préconisée. Tous ces prélèvements sont réalisés sous anesthésie locale. La biopsie sous guidage stéréotaxique est une technique courante réalisée au CHL, car le Luxembourg dispose d’un équipement national dédié (table d’examen) qui a été installé dans l’Unité de sénologie du CHL. 

L’Unité s’est dotée d’une compétence supplémentaire puisque le personnel soignant est formé en hypnose et propose  aux personnes très angoissées et qui le souhaitent la réalisation des biopsies sous hypo-analgésie afin de gérer au mieux leur stress et leurs angoisses.

Echographie en sérologie
L’examen échographique est souvent complémentaire à la mammographie.

Autopalpation et examen des seins

L’auto palpation des seins regroupe un ensemble de gestes simples qui permettent aux femmes de bien connaître leurs seins, de prendre le temps de les observer et de pouvoir détecter toute anomalie. L’auto palpation des seins devrait être pratiquée tous les mois à la même période (après les menstruations), dès l’âge de 20 ans. « La première phase du cycle menstruel est le moment idéal pour procéder à l’auto palpation car les seins sont nettement moins tendus et le tissu mammaire est plus souple. », précise Catherine Pignon. 

Un nombre de symptômes peuvent suggérer l’existence d’un cancer du sein à un stade avancé, parmi lesquels : 

  • l’apparition d’un nodule (« grosseur ») au niveau du sein ou de l’aisselle,
  • une modification de la pigmentation de la peau du sein ou de l’aréole,
  • une rétractation de la peau (« fossette »), 
  • un écoulement au niveau du mamelon,
  • une perte de poids inexpliquée.

Au moindre signe alarmant, consultez rapidement votre gynécologue ou votre médecin généraliste.  

La participation aux RCP

L’Unité de Sénologie du CHL prend part aux réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) qui ont lieu tous les 15 jours et qui regroupent des professionnels de la santé exerçant dans différentes disciplines de l’oncologie (oncologues, radiologues, chirurgiens, radiothérapeutes, pathologiste du  Laboratoire National de Santé …). Au cours des RCP, les dossiers des patients atteints d’un cancer sont discutés de façon collégiale. Une fois la décision thérapeutique prise, elle est ensuite soumise et expliquée au patient. Ces concertations pluridisciplinaires ont pour objectif de proposer à chaque patiente atteinte d’un cancer du sein la meilleure prise en charge possible et d’assurer un suivi personnalisé. 

Grâce au dépistage systématique du cancer du sein et aux progrès  effectués dans la prise en charge thérapeutique des patientes, le taux de mortalité a été réduit d’au moins 20 % en Europe. (Source : WHO)

Comment prévenir ?

Pour prévenir le cancer du sein (ou toute autre forme de cancer), adoptez les bons réflexes : 

  • maintenir un poids de santé, 
  • pratiquer une activité physique régulière, 
  • avoir une alimentation saine et équilibrée, 
  • limiter la consommation d’alcool,
  • éviter le tabac. 

Une saveur particulière pour Octobre Rose

Chaque année, au mois d’octobre, la campagne mondiale « Octobre Rose » vise à sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein et à récolter des fonds pour la recherche. 

Suite à la pandémie de Covid-19, l’Unité de Sénologie du CHL doit malheureusement annuler sa traditionnelle journée de sensibilisation. Catherine Pignon s’est toutefois mobilisée en rédigeant plusieurs articles sur le dépistage du cancer du sein et l’éducation thérapeutique. Ils seront diffusés aux collaborateurs du CHL via l’Intranet, et certainement aussi sur les réseaux sociaux et le site web de l’hôpital. Le message de Catherine Pignon est le suivant : « Je veux que toutes les femmes qui lisent mes articles prennent soin d’elles. »

Mesdames, prenez soin de votre santé. Pensez au dépistage. Faites votre mammographie.

Le service de sénologie au CHL, c’est : 

  • Une équipe pluridisciplinaire – dont 6 ATM de radiologie et 4 médecins sénologues – entièrement dédiée au dépistage et au traitement du cancer du sein,
  • 11 000 mammographies par an,
  • 19 000 examens de sénologie par an.

Bon à savoir : 

  • Une femme sur 8 sera touchée par le cancer du sein au cours de sa vie.
  • Chez la femme, le cancer du sein survient plus fréquemment entre 50 et 70 ans. 
  • Bien que rare, le cancer du sein chez l’homme existe aussi et apparaît en général après l’âge de 50 ans.

Source :

Letz be healthy du mois d’octobre.

Post - Luxembourg - Santé
Céline Buldgen
Journaliste multimédia

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Grâce à la plateforme Acteur de ma santé, informez-vous sur le cancer du sein

« Acteur de ma santé » est LA plateforme santé au Grand-Duché. A l’occasion d’Octobre Rose, campagne de sensibilisation mondiale contre le cancer du...

Cancer du sein : pensons au dépistage précoce et à la prévention

Depuis des années, le nombre de femmes qui décèdent des suites d’un cancer du sein recule. Cette évolution positive s’explique en grande...