Home Santé Aux HRS, le Prostatakarzinomzentrum propose un traitement moderne et interdisciplinaire du cancer...

Aux HRS, le Prostatakarzinomzentrum propose un traitement moderne et interdisciplinaire du cancer de la prostate

Créé en 2016, le « Prostatakarzinomzentrum » (PKZ) permet une prise en charge personnalisée des patients atteints du cancer de la prostate, basée sur des soins ultra-performants. Le centre réunit toutes les compétences nécessaires ainsi que du matériel technologique de pointe pour établir un diagnostic, traiter et effectuer un suivi à long terme du cancer de la prostate. Rencontre avec le Dr Patrick Krombach, urologue aux Hôpitaux Robert Schuman (HRS) et responsable du Prostatakarzinomzentrum, pour aborder le sujet. 

Le « Prostatakarzinomzentrum » aux Hôpitaux Robert Schuman est le premier centre d’excellence oncologique pour le cancer de la prostate au Luxembourg. Il bénéficie d’un label de qualité délivré par la Société allemande de cancérologie (Deutsche Krebsgesellschaft – DKG). Dr Krombach : « Cette accréditation – qui nécessite de respecter plus de 250 items d’un cahier des charges – garantit à notre centre le plus haut niveau d’exigences en terme de qualité de prise en charge, de traitement et de suivi des patients. De grands centres hospitaliers en Allemagne spécialisés dans la prise en charge du cancer de la prostate ont déjà été certifiés depuis longtemps par la DKG, puis, plus récemment, d’autres l’ont été également en Autriche et en Suisse. » 

Chaque année, un audit est réalisé au sein du « Prostatakarzinomzentrum » par un auditeur externe. Ce dernier change tous les 3 ans. 

Le Dr Krombach précise : « Cette certification exige que nous ayons des objectifs mesurables et que des bilans annuels soient réalisés. Pour chaque critère du cahier des charges, nous avons l’opportunité de comparer nos résultats à ceux de plus de 200 centres dédiés à la prostate en Europe. Cela nous donne donc la possibilité de nous améliorer continuellement et de voir que nos soins sont finalement comparables à ceux de grands CHU en Allemagne. Tout ce processus de qualité est très rassurant et valorisant, autant pour l’équipe pluridisciplinaire du Prostatakarzinomzentrum que pour les patients. »

Nous avons la volonté d’améliorer continuellement la prise en charge de nos patients, tout en leur garantissant des traitements qui respectent les données actuelles de la science. 

Réseau interdisciplinaire connecté

La mise en place d’un réseau interdisciplinaire garantit aux patients une prise en charge clinique basée sur les recommandations nationales allemandes pour le traitement du cancer de la prostate et sur l’état actuel de la science. Ce réseau, qui veille à l’application de standards de qualité en médecine, est composé de médecins spécialistes dans le traitement du cancer de la prostate (urologues, oncologues, radiologues…) et d’autres professionnels de la santé (soignants, case manager, personnel du bloc opératoire…). Le réseau collabore aussi avec des acteurs externes  aux Hôpitaux Robert Schuman comme le Centre François Baclesse ou le Laboratoire national de santé.

Dr Krombach : « Depuis la création du centre d’excellence en 2016, nous avons plus que doublé le nombre de patients que nous prenons en charge. Grâce à cette expérience pratique acquise au fil des années, nous sommes devenus plus performants. L’interconnectabilité au sein du réseau est meilleure et les circuits des patients sont plus courts. Nous avons su créer une belle dynamique interne qui, finalement, profite également aux patients. »

Approche

En complément aux traitements spécifiques du cancer (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, homonothérapie), le « Prostatakarzinomzentrum » intègre des soins de support pour préserver la qualité de vie. Ces soins comprennent une prise en charge diététique, psychologique, spirituelle et sociale.

L’équipe pluridisciplinaire du « Prostatakarzinomzentrum » élabore une stratégie thérapeutique personnalisée en fonction des caractéristiques de la tumeur, de l’état général du patient et de ses besoins spécifiques. Un ou plusieurs traitements sont proposés. Le Dr Patrick Krombach explique : « La surveillance active est un traitement généralement peu connu du grand public. Dans certains cas, elle s’avère être pourtant la meilleure option thérapeutique en terme de qualité de vie. Le patient n’ayant eu aucune intervention, il ne présentera aucune séquelle. Une attitude de surveillance structurée est proposée chez des patients dont le cancer de la prostate se développe lentement, sans signes cliniques ou douleur. Si la tumeur vient à évoluer, le patient sera traité. Peuvent également bénéficier d’une surveillance active les personnes âgées qui ont un cancer de la prostate. Le traitement focal est quant à lui recommandé de manière exceptionnelle, dans le cadre d’études cliniques, pour des tumeurs localement peu avancées. Ce traitement de dernière génération (« Cyberknife ») proposé au Centre François Baclesse consiste à délivrer des rayons ionisants focalisés en vue de détruire les cellules tumorales. A l’étranger, on propose aussi des ultrasons émis à partir d’une sonde.»

Lors des réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP), organisées depuis l’implémentation du Premier Plan National Cancer Luxembourg, la situation clinique du patient est discutée afin de pouvoir lui proposer le meilleur traitement adapté à sa situation et à ses besoins spécifiques. À cette réunion qui se déroule au minimum deux fois par mois participent les médecins spécialistes en urologie, oncologie, radiothérapie, pathologie, radiologie et médecine nucléaire ainsi que le case manager. 

Des recommandations de traitement sont ensuite transmises au patient et à son médecin traitant. Quant au choix final, il revient toujours au patient. Dr Krombach : « Dans le cancer de la prostate, il est rare de devoir agir en urgence. Un temps de réflexion d’environ 2-3 semaines est toujours laissé au patient. Celui-ci doit pouvoir avoir confiance en son médecin, et ne pas hésiter à poser des questions sur les différentes méthodes thérapeutiques, à demander d’avoir plus de temps de réflexion ou encore se renseigner pour savoir où il peut obtenir des informations supplémentaires. Les décisions prises sont importantes. C’est pourquoi il faut que chaque partie prenante soit convaincue du bon choix de traitement. »

Réseau du PKZ
Le cancer de la prostate nécessite une prise en charge pluridisciplinaire et l’organisation de réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP).

Binôme urologue/case manager

Le médecin urologue et le case manager sont les interlocuteurs privilégiés du patient. Ils peuvent proposer des consultations adaptées à sa situation. À chaque étape, le médecin interagit avec les autres intervenants du centre afin d’offrir le meilleur traitement. Durant les traitements ambulatoires (chimiothérapie, radiothérapie), le case manager assure le lien entre les différents interlocuteurs. Il contribue également à une meilleure coordination de la prise en charge du patient via l’organisation des examens médicaux, la gestion des rendez-vous médicaux, la diffusion d’informations ou encore le recueil des données du patient. De plus, le case manager intervient dans l’identification des patients qui pourraient profiter d’une prise en charge psychologique.

« Face à une population de plus en plus âgée et à une pénurie de médecins, le case manager a un rôle important dans notre système de santé. Il contribue à une meilleure information du patient, diminuant ainsi le nombre de consultations chez le médecin traitant ou chez l’oncologue. Idéalement, au Luxembourg, chaque patient atteint d’un cancer devrait être accompagné par un case manager. Mais qui est prêt à financer tout cela ? », conclut le Dr Krombach. 

Missions du « Prostatakarzinomzentrum »

Le « Prostatakarzinomzentrum » poursuit les objectifs suivants : 

  • Garantir des soins optimaux aux patients, tout en assurant bien-être physique et psychologique. 
  • Planifier et réaliser un traitement individualisé adapté à chaque patient.
  • Proposer une panoplie de traitements à tous les stades du cancer de la prostate.

Source :

Letz be healthy du mois de novembre.

Post - Luxembourg - Santé
Céline Buldgen
Journaliste multimédia

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Le Sida du chat : FIV et FeLV

Pour cette édition, notre interlocuteur est Benoît Durand, qui oeuvre en tant que vétérinaire depuis 1992. Il est généraliste, pratique la médecine...

Suivre un patient diabétique en tant qu’infirmiers de consultation en diabétologie

A l’occasion de la Journée mondiale du diabète, célébrée chaque année le 14 novembre - et dont le thème principal de la...