Home Enfance Aux Hôpitaux Robert Schuman, les enfants vont au bloc opératoire et en...

Aux Hôpitaux Robert Schuman, les enfants vont au bloc opératoire et en radiologie en petite voiture électrique…

Depuis la mi-octobre, les enfants peuvent se rendre au bloc opératoire ou passer un examen de radiologie dans l’une des 7 voitures électriques offertes par une sélection de garages Losch. L’objectif ? Diminuer leur anxiété et éviter la prémédication. Rencontre avec Sylvie Vincent, infirmière experte douleur au sein du Service Douleur des HRS, l’une des porteuses du projet. 

Ce projet des petites voitures électriques s’inscrit en réalité dans le cadre d’un vaste projet institutionnel de distraction en pédiatrie validé et soutenu par le Comité de Direction des Hôpitaux Robert Schuman. Plusieurs actions ont déjà été mises en place par le passé : 

  • chariots de distraction pour les soins avec du matériel adapté à l’âge de l’enfant, 
  • distribution de jouets d’accueil, de récompenses (taquin, bracelet…), de diplômes de bravoure, de trousses de coloriage…
  • laveurs de vitres déguisés en Spiderman. 

Sylvie Vincent : « Ce projet de distraction en pédiatrie vise à favoriser le ressenti positif de l’enfant lors de son hospitalisation, ou de  son passage à l’hôpital. Si jamais il serait amené à revenir nous voir, nous souhaitons  qu’il puisse revenir avec le sourire et non pas avec la peur. »

En accord avec la Direction des Hôpitaux Robert Schuman, la préparation du projet des petites voitures électriques a débuté au mois de décembre 2019. « C’est une très belle initiative mais il a fallu que nous construisions correctement le projet en amont. Nous avons dû anticiper de nombreux facteurs, bien au-delà du simple fait de faire monter les enfants dans les petites voitures. Nous avons pu compter sur les conseils avisés du Service de Pédiatrie de l’Hôpital de Valenciennes, qui fût le premier hôpital en France à avoir développé un tel projet en interne.La concrétisation de ce projet n’a pu avoir lieu sans également une réelle implication et un enthousiasme formidable de la part de nombreux acteurs au sein de l’hôpital (Comité de Direction, personnel infirmier, Service Sécurité, Service d’Hygiène, Service Logistique, Service Transport des patients…). Sa réussite revient à tous les acteurs concernés. Humainement, c’est une belle expérience que nous vivons. », indique Sylvie Vincent. 

Pourquoi la distraction ?

Il a été démontré que l’usage de la distraction dans la prise en charge de la douleur chez l’enfant agit au niveau de deux composantes de la douleur, à savoir la composante émotionnelle et la composante sensitive. En diminuant l’anxiété et la peur, on peut ainsi non seulement prévenir la phobie des soins mais également diminuer la perception de la douleur. 

L’utilisation de méthodes de distraction permet donc d’agir sur la mémoire de la douleur. Sylvie Vincent nous explique : « La mémoire de la douleur existe dès la naissance, elle s’inscrit dans le corps dès les premiers gestes douloureux. Par ailleurs, les parents ont également une certaine influence sur cette mémoire de la douleur. Comme une éponge, l’enfant emmagasine l’angoisse des parents, ce qui peut augmenter le ressenti douloureux. »

Pour qui ? 

Les petites voitures électriques sont de magnifiques reproductions, entièrement équipées : changement de vitesse, klaxon, radio FM, Bluetooth… « Pour satisfaire les enfants, nous avons choisi plusieurs modèles de voiture et différentes couleurs de carrosserie. L’infirmière de pédiatrie montrera les photos des petites voitures à l’enfant qui aura la possibilité de choisir la voiture qu’il préfère parmi celles encore disponibles. », souligne Sylvie Vincent. 

Pourront bénéficier de ce transport, les enfants âgés de 2 à 8 ans, avec une morphologie adaptée, de maximum 30 kilos et sans prémédication.

Les 7 voitures électriques
Les 7 voitures électriques sont arrivées aux HRS depuis la mi-octobre.

Les parcours prévus

Les deux parcours actuels s’appliquent à des moments connus comme anxiogènes pour les enfants. Le premier parcours concerne le transfert du service d’hospitalisation pédiatrique vers le bloc opératoire. Le second parcours, le transfert aller et retour des urgences polyclinique pédiatrique vers le service de radiologie. « Pour l’instant, nous nous limitons à ces deux transferts principaux. Nous espérons en développer d’autres ultérieurement. », précise Sylvie Vincent.  

L’immersion dans le parcours fléché est totale. Outre le fait que l’enfant pourra trouver son chemin en suivant le parcours tracé au sol au moyen de stickers, il pourra également chercher les panneaux indicateurs décorés d’ images d’animaux soignés. 

Parcours
Le parcours fléché aide véritablement l’enfant à trouver son chemin.

Une fois son trajet en voiture terminé, il pourra recevoir un petit permis de conduire. Il lui sera remis par l’infirmière anesthésiste qui l’accueillera au bloc opératoire. Aux urgences pédiatriques, ce sera l’infirmière responsable de son accueil après l’examen qui le lui transmettra. 

À travers ce grand projet de distraction en pédiatrie, nous avons la volonté de créer du lien, de la confiance et de la continuité dans la prise en charge que nous offrons à nos jeunes patients.

Qui gère les transferts ?

La gestion du transfert est sous la responsabilité d’un membre du personnel infirmier ou d’un membre du service des transports, ayant bénéficié d’une formation à la conduite télécommandée. 

Véritable acteur de sa prise en charge, l’enfant pourra conduire lui-même la petite voiture. La personne responsable du transfert sera en mesure d’utiliser à tout moment la télécommande pour contrôler la direction de la voiture. 

Lors de son parcours, l’enfant pourra être accompagné par l’un de ses parents voire les deux. Une photo de l’enfant, confortablement installé dans la voiture électrique qu’il aura préalablement choisie, sera prise avant son départ grâce à l’installation d’un PhotoBooth. Elle sera remise aux parents pour que l’enfant puisse garder un excellent souvenir de ce moment. 

Aux HRS, notre devise est « le rêve des soignants…des enfants souriants »

Des bénéfices pour les enfants

Les transferts par voitures électriques permettent aux enfants : 

  • d’acquérir une meilleure autonomie, 
  • de devenir acteur de sa santé et de sa prise en charge, 
  • de bénéficier d’une meilleure récupération physique (suite à une diminution de la médication en pré, péri et post-opératoire). 

Sylvie Vincent : « Nous considérons ce transport comme « un soin » à apporter à l’enfant. C’est pourquoi notre personnel infirmier va réaliser une  documentation de suivi. Une évaluation de l’anxiété et de la douleur chez l’enfant avant et après sa prise en charge est également prévue pour évaluer l’efficacité de ce transport ludique. »

Officiellement lancé à la mi-octobre, ce projet des petites voitures électriques a fait l’objet d’une grande campagne de communication sur les réseaux sociaux, avec notamment la diffusion d’un film mettant en lumière le parcours du service de pédiatrie jusqu’au bloc opératoire.

Source :

Letz be healthy de novembre.

Post - Luxembourg - Enfance
Céline Buldgen
Journaliste multimédia

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Le Sida du chat : FIV et FeLV

Pour cette édition, notre interlocuteur est Benoît Durand, qui oeuvre en tant que vétérinaire depuis 1992. Il est généraliste, pratique la médecine...

Suivre un patient diabétique en tant qu’infirmiers de consultation en diabétologie

A l’occasion de la Journée mondiale du diabète, célébrée chaque année le 14 novembre - et dont le thème principal de la...