Accueil Santé L’immunothérapie et ses effets secondaires

L’immunothérapie et ses effets secondaires

L’immunothérapie a fait d’énormes progrès ces dernières années. Et nous en sommes très heureux. Cependant, nous devons toujours bien nous souvenir qu’il n’existe pas de médicament sans des effets secondaires… 

La nature des effets secondaires

Les effets secondaires des immunothérapies se distinguent, de part leur nature, des autres approches thérapeutiques envisagées dans la lutte contre le cancer.

Le rôle des immunothérapies est de stimuler le système immunitaire afin que les cellules immunitaires puissent à leur tour rejeter les cellules tumorales. Le système immunitaire est parfois tellement stimulé qu’il finit par se retourner contre les tissus du patient. C’est pourquoi les effets secondaires liés aux immunothérapies sont de nature auto-immune. Il peut s’agir de troubles cutanés, de troubles digestifs, de troubles thyroïdiens ou encore de douleurs articulaires.

Faut-il s’en inquiéter ? 

Que l’on se rassure : ces effets secondaires n’apparaissent pas chez tous les patients. Ils ne concernent en réalité qu’une petite minorité de patients. Ces effets secondaires sont traitables pour autant qu’ils soient identifiés et pris en charge rapidement par une équipe experte. 

Soulignons que ces effets secondaires sont en général plus supportables que ceux que l’on peut observer dans d’autres traitements utilisés contre le cancer (en cas de chimiothérapie, par exemple).

Bien que les effets secondaires des immunothérapies soient plus rares que les effets secondaires de la chimiothérapie, ils existent.

Quand apparaissent-ils ? 

Ces effets secondaires peuvent apparaître à n’importe quel moment du traitement. Mais, en général, ils ne se manifestent pas toujours immédiatement car la mise en route de l’efficacité de l’immunothérapie prend un certain temps. 

Prise en charge 

La prise en charge des effets secondaires consiste à prescrire des médicaments anti-inflammatoires (des corticoïdes assez puissants), souvent en interrompant également de manière temporaire ou permanente le traitement d’immunothérapie. Cet arrêt de traitement n’est pas un drame pour le patient. En effet, l’immunothérapie conserve parfois des effets anti-tumoraux (effet de stimulation de l’immunité) encore quelques temps après son interruption.

Lien utile :

Fondation contre le Cancer : https://www.cancer.be

Source : 

Webinaire de la Fondation contre le Cancer organisé le 20 octobre 2020.

Notre rubrique Santé contient d’autres articles très intéressants !

Post - Belgique - Santé
Céline Buldgen
Journaliste multimédia

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Le Sida du chat : FIV et FeLV

Pour cette édition, notre interlocuteur est Benoît Durand, qui oeuvre en tant que vétérinaire depuis 1992. Il est généraliste, pratique la médecine...

Obésité: les raisons du fiasco!

Comment faire la guerre aux kilos sans fâcher l'industrie agroalimentaire (car leurs choix agricoles ont accéléré l'épidémie d’obésité) ? Des mécanismes complexes livrent...