Journée mondiale de la Maladie de Parkinson, ce 11 avril

Seniors Parkinson
Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on print
Imprimer
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

À l’occasion de la Journée mondiale dédiée aux patients atteints de la Maladie de Parkinson qui a lieu ce 11 avril 2021, l’Association Parkinson francophone et germanophone belge se mobilise et organise une campagne de sensibilisation sur le thème du sommeil et une conférence en ligne. En effet, le nombre de personnes souffrant d’insomnie est passé de 15 % à 20 % de la population durant la crise sanitaire. On parle désormais de CORONA-SOMNIE.

Sommeil perturbé : une plainte réelle

« Près de 3⁄4 des patients qui nous contactent à l’association se plaignent de troubles du sommeil, que ce soit pour des insomnies, des réveils fréquents durant le sommeil, ou des nuits de courtes durées (quelques heures) avec un éveil aux petites heures du matin », relève Daphné Thirifay, Directrice de l’Association Parkinson.

« Notre rôle est de les informer au mieux sur ces complications très fréquentes liées à la maladie de Parkinson que sont les problèmes de sommeil. Il existe une série de conseils et de pistes de solutions, spécifiques à chaque patient. Le sujet est d’autant plus important que ces troubles altèrent la qualité de vie diurne des patients, avec dans certains cas, des patients qui dorment toute la journée et restent éveillés la nuit, en total décalage par rapport à un rythme de vie normal ! Cela altère leur qualité de vie, mais aussi celle de leur entourage » explique Daphné Thirifay.

Le sommeil impacté par la Covid-19

La pandémie de Covid-19 a encore aggravé la situation quotidienne et impacté le sommeil de nos patients. La dépression et les troubles anxieux, déjà bien présents en raison de la maladie de Parkinson, sont exacerbés par la crise sanitaire.

« Certains patients ont lu des articles de presse mentionnant un risque de mortalité accru pour les patients atteints de la maladie de Parkinson en raison de la Covid-19 ainsi que la priorisation de vaccination dans notre pays de sous-groupes pour les moins de 65 ans mentionne également les troubles neurologiques, dont la maladie de Parkinson. Nos patients, souvent âgés et/ou fragilisés par la maladie sont bien conscients des risques et en sont davantage anxieux », rapporte la Directrice de l’Association Parkinson.

Moins d’activités physiques et d’exposition au soleil

En outre, les activités physiques exercées de façon régulière, primordiales dans le traitement de la maladie et favorisant un sommeil de qualité, ont, elles aussi, été fort perturbées.
« Le fait de rester confiné chez soi réduit encore l’exposition au soleil matinal, nécessaire au rythme de vie veille-sommeil, sans compter l’utilisation accrue des écrans en soirée qui ne contribue pas à l’endormissement », ajoute la Directrice de l’Association Parkinson.

Conférence en ligne sur le sommeil

Conférence en ligne

C’est pourquoi, le vendredi 9 avril à 11h, une conférence en ligne (enregistrée) a été proposée gratuitement par l’Association Parkinson via la page d’accueil de son site web (www.parkinsonasbl.be). Elle est disponible jusque fin juin. La conférence intitulée « Le sommeil dans la maladie de Parkinson, comment le préserver et l’améliorer face au COVID19 » et présentée par le Docteur Gianni Franco, neurologue, somnologue, membre de la Belgian Association for Sleep research and Sleep medicine, et Madame Christine Pahaut, Parkinson nurse, sophrologue caycédienne, permet d’apporter des réponses à ce sujet d’actualité.

« Cette conférence en ligne revient en détails sur les bénéfices d’un sommeil de bonne qualité, sur la qualité de vie diurne, les deux étant intimement liés, et sur les principaux troubles du sommeil rencontrés dans la maladie de Parkinson. Entre autres, les causes des insomnies, des mouvements anormaux nocturnes et des hypersomnies diurnes y sont précisées. Et ce, sans oublier le rôle crucial du traitement médicamenteux qui doit aussi agir sur la période nocturne », explique le Dr Gianni Franco, neurologue, membre du comité scientifique et président de l’Association Parkinson.

Des solutions à portée de mains

« Ces troubles peuvent être solutionnés/améliorés individuellement », rassure le Docteur Gianni Franco. « Par contre, l’utilisation d’emblée de somnifères et/ou d’anxiolytiques, sont dans la plupart des cas, à éviter. En effet, il importe de choisir le traitement adéquat pour chaque trouble du sommeil et éviter aussi les complications de somnolence et de chutes liées à certains psychotropes » affirme-t-il encore.

Parmi ces solutions, le Dr Franco évoque l’utilité d’adapter le traitement médicamenteux ainsi que l’importance de l’exposition à la lumière du soleil le matin ou par la luminothérapie et de l’activité physique (toutefois à éviter en fin de journée). La problématique des apnées du sommeil y est également abordée. Certains conseils sont encore détaillés comme l’importance de faire une courte sieste en tout début de journée.

Enfin, parmi les nombreuses méthodes d’autorelaxation, des exercices respiratoires harmonisant le corps et l’esprit, faciles à reproduire chez soi, sont présentés lors de cette conférence en ligne par Christine Pahaut, infirmière Parkinson, certifiée aux cours de l’Association Parkinson et sophrologue caycédienne.

Source

Communiqué de presse de l’Association Parkinson.

Tiques

Méfiez-vous des tiques

La saison a commencé dès le mois de février pour les tiques ! Notre hiver n’a pas été suffisamment rude pour éradiquer ces insectes qui

Quiche aux feuilles de blettes

Une quiche est toujours très agréable à manger avec une bonne salade verte. Encore plus appréciable si elle est composée de légumes de saison, ce

Pour vous

Articles suggérés

WaterWalls Festival

Après un report en 2020, des mois de travail et de réflexion autour d’un projet culturel innovant – et nombre d’adaptations sur le terrain !