La pandémie de Covid-19 a mis en évidence les inégalités en matière d’accès aux soins et produits de santé

inégalités
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Pour réduite les inégalités, les économistes de renom appellent à un changement de cap radical de l’économie afin de placer la santé pour tous au cœur des préparatifs du G20.

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence la dure réalité des inégalités importantes et croissantes dans le monde en matière d’accès aux soins et aux produits de santé : pour 100 personnes dans les pays à revenu élevé, 133 doses du vaccin contre la COVID-19 ont été administrées, contre 4 doses seulement pour 100 personnes dans les pays à faible revenu.

Ces inégalités : un obstacle à la santé pour tous

inégalités

Pourtant, à ce jour, le monde continue d’appliquer le même modèle économique sans toucher à la structure financière sous-jacente et dans le cadre d’une réflexion surannée en matière de développement économique qui fait obstacle à la santé pour tous. Les préparatifs du sommet du G20 qui réunira à Rome, du 29 au 31 octobre, d’abord les ministres de la santé et des finances, puis les chefs d’État et de gouvernement, offre l’occasion d’un changement de cap radical pour que la santé ne soit plus au service de l’économie, mais bien que cette dernière soutienne la santé pour tous.

Cet enjeu crucial consiste à la fois à accroître le volume des financements disponibles pour la santé et à les administrer plus efficacement et en leur donnant des orientations plus claires.

Des objectifs clairs et ambitieux

Le Conseil de l’Organisation mondiale de la Santé sur l’économie de la santé pour tous plaide aujourd’hui plus que jamais en faveur d’objectifs clairs et ambitieux pour mobiliser et concentrer les investissements dans la santé, estimant que le financement de ce secteur est un investissement à long terme et non un coût à brève échéance. La nouvelle note d’information du Conseil sur le financement de la santé pour tous (en anglais) donne la priorité à deux aspects fondamentaux : un financement plus important et un meilleur financement. Elle énonce également la voie à suivre dans trois domaines d’action.

Les domaines d’action pour réduire les inégalités

  1. Dégager une marge de manœuvre budgétaire en allégeant les contraintes artificielles imposées par des hypothèses économiques qui ont fait leur temps et en revenant sur les effets néfastes des réformes qui ont entraîné d’importantes coupes dans la santé, de manière à permettre une nette augmentation des dépenses et des investissements en faveur de la santé pour tous,
  2. Orienter les investissements pour faire en sorte que la santé pour tous devienne l’objectif central des activités économiques et renforcer le leadership public et les capacités dynamiques de l’État afin de créer un environnement propice en matière de réglementation, de fiscalité, de politique industrielle et d’investissement,
  3. Administrer les finances publiques et privées en réglementant le fonctionnement et le financement des marchés privés de la santé au moyen de mesures qui attirent les financements privés et les orientent dans le but d’améliorer équitablement les résultats en matière de santé à l’échelle mondiale.

Nécessité d’adopter un nouveau modèle

Le Conseil estime qu’il faut adopter un nouveau modèle permettant d’éviter les politiques macroéconomiques et les hypothèses qui nous éloignent de la santé pour tous. Cela passe par l’élaboration de politiques visant à garantir la santé pour tous dès à présent et sur le long terme, ainsi que par le réalignement des financements provenant de tous les secteurs et de toutes les sources au moyen de conditions susceptibles de dégager des avantages mutuels dans l’intérêt général.

Pour atteindre les objectifs de la santé pour tous, il est essentiel non seulement d’accroître le financement du secteur de la santé, mais aussi de lui garantir une meilleure qualité, dans une démarche qui doit être équitable et avoir une incidence durable sur la vie des gens.

Le système de santé doit évoluer

inégalités

Tout l’enjeu consiste à faire évoluer les mentalités dans les pays qui restreignent les dépenses, à transformer les conditions imposées à l’extérieur qui entravent les dépenses concernant des éléments essentiels pour la santé, et à promouvoir la santé pour tous. Changer les règles du jeu est une priorité fondamentale de toute stratégie visant à concrétiser la santé pour tous, et les décideurs sont en mesure de repenser le modèle financier dès maintenant.

« La pandémie de COVID-19 a démontré que le financement des systèmes de santé doit évoluer de fond en comble pour protéger et promouvoir la santé de tous », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Le dernier rapport du Conseil sur l’économie de la santé pour tous présente des arguments clairs et convaincants montrant qu’il faut un financement pérenne visant à assurer la santé de tous et que les investissements doivent être vus comme des progrès à long terme pour le développement national et mondial. »

Nécessité de réformer

« Bien que les systèmes de santé manquent de moyens, la hausse des financements n’est pas la seule solution. Les travaux du Conseil soulignent la nécessité de réformer en profondeur les financements et de les réorienter afin que l’objectif de la santé pour tous soit intégré dans les structures financières, les conditions et les partenariats conclus entre les entreprises et les pouvoirs publics », a déclaré la professeure Mariana Mazzucato, Présidente du Conseil.

À titre d’information, le Conseil de l’OMS sur l’économie de la santé pour tous a été créé en novembre 2020 par le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Il a pour mission principale de repenser la façon dont la valeur de la santé et du bien-être est mesurée, produite et distribuée dans l’ensemble de l’économie. Il recommandera une nouvelle façon de transformer l’économie dans le but de bâtir des sociétés en bonne santé, justes, inclusives, équitables et durables.

Le Conseil a 4 axes

Composé de dix économistes et expertes de la santé parmi les plus éminentes au monde, le Conseil a quatre axes de travail pour repenser la mesure du développement économique, le financement, la capacité et l’innovation afin de garantir la santé pour tous. Des notes d’information dans chacun de ces domaines, ainsi qu’un rapport final complet qui sera rédigé en 2023, serviront à inciter les ministres des finances, les chefs d’État et de gouvernement, de même que d’autres décideurs comme les autorités financières et de développement international, à s’engager vers une modification de la structure de l’activité économique à l’appui de la santé pour tous.

Lisez nos autres articles en rubrique Santé.

Pour vous

Articles suggérés

Redken

New Redken Deep Clean Dry Shampoo

Passez moins de temps dans la salle de bain et rafraîchissez instantanément vos cheveux. Un shampoing sec à la formule unique contenant de l’amidon de