Accueil Letz Move La plongée adaptée, un excellent sport d’intégration des personnes handicapées 

La plongée adaptée, un excellent sport d’intégration des personnes handicapées 

Pour le plus grand bonheur des personnes en situation de handicap, la plongée adaptée  leur apporte ce qu’elles désirent le plus : retrouver une liberté de mouvements et un maximum d’autonomie. Et si, en plus, cette activité sportive permet d’explorer de magnifiques fonds marins en compagnie d’autres plongeurs, qu’ils soient valides ou non valides, autant se jeter à l’eau ! Rencontre avec Tonino Barbiaux, secrétaire du bureau de la Commission Plongée Adaptée au sein de la Ligue Francophone de Recherches et d’Activités Subaquatiques (LIFRAS) et moniteur formateur PA au Carolo Scuba Diving Club (CSDC), pour aborder le sujet.  

Depuis 7 ans, le Carolo Scuba Diving Club enseigne la plongée sous-marine aux personnes en situation de handicap de façon professionnelle et sécuritaire. Ce club, qui a la capacité d’accueillir 13 candidats plongeurs PA, organise des séances hebdomadaires à la piscine Helios (Charleroi) chaque vendredi soir. « Nous proposons également des sorties en eau libre (mers, lacs, carrières…) en Belgique et des stages à l’étranger à partir de la mi-juin jusqu’à la mi-octobre. En hiver, il est toujours possible d’aller plonger dans des infrastructures couvertes, comme c’est le cas au Todi à Beringen. La température de l’eau est idéale et la profondeur de la cuve est parfaitement adaptée aux plongeurs PA. », nous explique Tonino Barbiaux. 

Pour favoriser l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, l’infrastructure de la piscine a été adaptée : rampe d’accès, douche adaptée avec assise, système de lift pour la mise à l’eau…  

Il est important de préciser que les moniteurs PA et encadrants PA prennent en charge le plongeur dès son arrivée sur le site d’activités. Tonino Barbiaux : « Nous demandons à ce chaque plongeur vienne toujours accompagné par un membre de sa famille ou une personne qualifiée dans l’aide aux personnes en situation de handicap. Certains plongeurs ont besoin d’une assistance pour sortir de leur chaise roulante, mettre leur combinaison de plongée, prendre leur douche ou encore se rhabiller. Nous sommes également très attentifs à ce qu’ils ne prennent pas froid dans l’eau ou à la sortie de l’eau et qu’ils regagnent le vestiaire (aidés ou non d’un accompagnant) sans chuter sur le sol. Chaque plongeur doit également pouvoir être autonome dans ses trajets pour se rendre jusqu’à la piscine et aux lieux de sorties organisés en extérieur. »

Un encadrement personnalisé et sécurisé 

Dans le cadre de la plongée adaptée, le terme « activité » de plongée est préféré à celui d’« entrainement » de plongée. Le rôle des moniteurs PA est de s’assurer que les plongeurs deviennent de plus en plus autonomes et qu’ils soient respectueux des fonds marins, tout en veillant à assurer leur sécurité. 

Le premier baptême est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur l’histoire personnelle du candidat plongeur et sur sa personnalité. Le but étant de lui proposer une prise en charge individualisée et adaptée à ses besoins, à ses capacités et surtout à ses souhaits ! 

Tonino Barbiaux commente : « Dès le premier contact avec la personne, nous établissons un lien de confiance. Avant la première mise à l’eau, le moniteur PA prend toujours le temps de discuter avec le nouvel arrivant dans le but de comprendre le handicap dont il souffre et de se rendre compte des difficultés qu’il peut rencontrer dans sa vie quotidienne pour se mouvoir. En plongée adaptée, l’adaptation permanente reste notre leitmotiv. Nous voulons toujours être certains de proposer des exercices adaptés à la personne. À chaque nouvelle séance, le moniteur PA tient compte de certaines données telles que le déroulement de la séance précédente, une sensation douloureuse les jours qui ont suivi la dernière séance, l’état physique et de fatigue de la personne, son envie d’apprendre telle ou telle nouvelle technique. »  

Encadrement plongée adaptée
En plongée adaptée, l’encadrement est très personnalisé.

L’importance du suivi médical 

Dès le premier baptême de plongée (et après chaque hospitalisation de minimum 3 jours), le plongeur PA doit fournir un certificat médical spécifique délivré par son médecin traitant. Un test à l’effort n’est toutefois pas exigé pour faire de la plongée adaptée. 

« Afin de préserver le caractère confidentiel et la notion de secret médical partagé, une déclaration annuelle est signée et remise par le plongeur PA au Directeur Technique de la plongée adaptée du club afin d’avoir accès aux données médicales utiles et devant servir ses intérêts. Nous surveillons très attentivement le suivi médical de nos plongeurs. De plus, notre club de plongée a établi une excellente collaboration avec le médecin référent de la Commission Plongée Adaptée au sein de la LIFRAS, le Dr Daniel Jacobs. Ce médecin réanimateur, spécialiste en médecine hyperbare, peut à tout moment être contacté par le médecin traitant du candidat plongeur. », souligne Tonino Barbiaux. 

La LIFRAS possède également un bureau de Commission Médicale. 

La Commission Plongée Adaptée

La Commission Plongée Adaptée au sein de la Lifras s’adresse :  

  • à toute personne, âgée de 14 ans minimum, en situation de handicap (para ou tétraplégie, cécité, maladie dégénérescente, handicap mental…),  
  • à tout plongeur et moniteur Lifras désirant s’investir et se former pour l’encadrement des plongeurs adaptés. 

Pourquoi s’initier à la plongée adaptée ?  

Plusieurs raisons peuvent motiver votre choix :  

  • retrouver une liberté de mouvements, 
  • améliorer sa condition physique et sa confiance en soi,   
  • ressentir une sensation de bien-être, 
  • se sentir compris dans sa « différence » et intégré à un groupe, 
  • vivre une expérience humaine enrichissante, 
  • prendre du plaisir et découvrir le monde du silence en toute sécurité. 

Les brevets en plongée adaptée 

Le plongeur PA a la possibilité d’obtenir un brevet LIFRAS de plongée adaptée qui est reconnu au niveau international par la CMAS (Confédération Mondiale des Activités Subaquatiques). Ce brevet lui donne la possibilité de plonger à l’étranger dans les structures CMAS équipées pour la plongée adaptée.  

Lors des premières séances en piscine, différents exercices pratiques sont proposés aux plongeurs : flottabilité entre deux eaux, aisance des mouvements sous l’eau, respiration avec un détendeur, technique d’apnée… Au bout de trois séances « baptême », le nouveau candidat plongeur pourra, s’il le désire, s’inscrire dans le club. Son premier brevet en plongée adaptée (PA4) lui est octroyé, dès qu’il a pu acquérir les compétences de base. 

Les autres brevets nécessiteront le suivi d’une formation théorique, adaptée le cas échéant.

En plongée adaptée, il y a quatre brevets : 

  • Le brevet PA4 : zone d’évolution jusqu’à 10m de profondeur. Ce premier brevet donne directement accès aux plongées en eau libre (carrière, mer, lac…) lorsque la température de l’eau en surface est de 12° C minimum.  La palanquée sera toujours constituée du plongeur PA, accompagné par un moniteur de plongée et un encadrant formés tous les deux à la plongée adaptée.  
  • Le brevet PA3 : zone d’évolution à 15m de profondeur. La structure de la palanquée est identique à celle exigée pour le brevet PA4.  
  • Le brevet PA2 : zone d’évolution jusqu’à 30m de profondeur (profondeur maximale en plongée adaptée). La structure de la palanquée se compose du plongeur PA, accompagné par un plongeur trois étoiles et d’un plongeur 2 étoiles. L’un des deux encadrants devra avoir suivi une formation en plongée adaptée.
  • Le brevet PA1 : zone d’évolution jusqu’à 30m de profondeur. Son chef de palanquée peut être un plongeur 3 étoiles n’ayant suivi aucune formation en plongée adaptée.  

« Au CSDC, nous dispensons les cours théoriques de plongée sous-marine en commun entre plongeurs en situation de handicap et plongeurs valides. Le plongeur PA3 devra suivre la formation théorique du brevet plongeur 1 étoile (en plongée normale), tandis que les plongeurs PA2 et PA1 devront suivre celle du plongeur 2 étoiles. », précise Tonino Barbiaux.  

Les activités subaquatiques sont toujours de grands moments de bonheur partagé et souvent propices aux belles rencontres. 

Post - Belgique - Letz move
Céline Buldgen
Journaliste multimédia

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Obésité: les raisons du fiasco!

Comment faire la guerre aux kilos sans fâcher l'industrie agroalimentaire (car leurs choix agricoles ont accéléré l'épidémie d’obésité) ? Des mécanismes complexes livrent...

La gastronomie d’une digestion zen

Sylvie Rouen et Irina Simoncini se sont rencontrées il y a quelques années à des cours de micro-nutrition. La première est microbiologiste,...