Home Santé La reconstruction mammaire après un cancer du sein

La reconstruction mammaire après un cancer du sein

Une mastectomie est souvent nécessaire suite à un cancer du sein. L’ablation de celui-ci est difficile à vivre. La reconstruction mammaire permet à ces femmes de retrouver leur féminité, une harmonie physique et psychique. Aujourd’hui, grâce aux progrès de la chirurgie, les résultats de la reconstruction mammaire sont de plus en plus aboutis. Le Dr Jean-Baptiste Olivier, médecin spécialiste en chirurgie reconstructrice et esthétique à l’Institut du Sein à Luxembourg nous le prouve. 

La reconstruction mammaire prend en compte plusieurs éléments : la qualité de la peau au niveau du sein opéré, l’aspect du sein opposé, la morphologie et l’âge de la patiente, ses projets de vie, ses désidératas, le résultat esthétique attendu et la planification éventuelle d’une radiothérapie. 

« Si la mastectomie se fait en une seule étape, la chirurgie reconstructrice du sein requière au moins trois interventions. », explique d’emblée le Dr Olivier. « La première étape est celle de la reconstruction du sein. Il n’est pas rare de devoir combiner plusieurs méthodes pour aboutir à une finalisation de l’aspect esthétique. La deuxième étape consiste à réaliser la symétrisation avec l’autre sein. La reconstruction de l’aréole et du mamelon a lieu lors de la dernière intervention. La durée des procédures est  de 3 à 12 mois selon les cas. », ajoute-t-il. 

Dr Jean-Baptiste Olivier
Le Dr Jean-Baptiste Olivier

Techniques proposées

Le volume du sein peut être reconstruit par une prothèse mammaire interne (implant). Cette technique nécessite d’avoir une bonne qualité de peau. L’enveloppe de l’implant contient soit du gel en silicone, soit du sérum physiologique, soit les deux substances. Pour garder un aspect plus naturel, la patiente pourra choisir un implant anatomique.  

La technique de l’implant mammaire offre des avantages. La prothèse étant introduite par la cicatrice de la mastectomie, il n’y a pas d’incision supplémentaire. Lorsque la peau et les muscles de la paroi thoracique sont trop tendus, le chirurgien a la possibilité de placer dans un premier temps une prothèse provisoire. Quelques mois suffisent pour que la peau du sein soit suffisamment étirée. L’implant provisoire pourra ensuite être remplacé par un implant permanent. 

Il faut savoir que cette technique entraîne un risque plus élevé de complications immédiates ou tardives telles qu’une douleur résiduelle après la pose de l’implant, une infection, un rejet de la prothèse, une diminution de la qualité du résultat esthétique au fil du temps. Une réintervention est envisagée pour 1 patiente sur 2 après 4 à 5 ans.

Les femmes qui ne souhaitent pas de corps étranger pour créer le volume du sein peuvent avoir recours à une reconstruction naturelle par la technique du lambeau. Le chirurgien réalisera un transfert de tissus (et de muscles) par microchirurgie. Le prélèvement est essentiellement réalisé au niveau dorsal ou abdominal. « Cette technique offre un excellent résultat esthétique et naturel. La réintervention est rare car les seins garderont une belle forme lors d’une prise ou d’une perte de poids. Je précise toujours à mes patientes que les greffons de peau entraîneront forcément la création d’une cicatrice plus ou moins longue au niveau du dos ou de l’abdomen. », souligne le Dr Olivier. 

Pour récréer le mamelon, il y a la possibilité de greffer une portion du mamelon du sein opposé ou de prendre une partie du lobe d’oreille. Dans les cas où la reconstruction des deux mamelons est nécessaire, le prélèvement se fera au niveau des deux lobes d’oreilles. Le chirurgien recréera ensuite l’aréole. Le Dr Olivier propose la technique du tatouage à ses patientes. 

Lipofilling : le « photoshop » de la reconstruction mammaire

Cette greffe autologue de tissus graisseux riches en cellules souches est quasi systématique après toute reconstruction mammaire. La technique consiste à injecter la propre graisse de la patiente située sur les fesses, le ventre et des cuisses dans le sein reconstruit pour corriger des anomalies telles qu’un défaut de volume ou un implant trop voyant. Le lipofilling permet d’offrir un effet de revitalisation et de régénération des tissus qui ont été irradiés par la radiothérapie, une augmentation du volume du sein pour obtenir une parfaite symétrie avec l’autre sein et un lissage des contours des implants pour un effet plus naturel.

Le timing de la reconstruction

La reconstruction mammaire immédiate a lieu en même temps que la chirurgie de la mastectomie. La plupart des reconstructions immédiates sont réalisées avec des prothèses mammaires. Le Dr Olivier recommande toujours à ses patientes, si elles le souhaitent et si c’est faisable, de faire une reconstruction immédiate par implant. Pour lui, les raisons sont évidentes : « Lors de la mastectomie, nous épargnons alors la peau pour créer le galbe du sein, ce qui évite le prélèvement de peau sur une autre partie du corps. L’intervention est moins douloureuse et moins lourde, les procédures sont moins longues, le résultat esthétique est plus acceptable, et surtout les femmes peuvent directement tourner la page de cette épreuve. »

Le choix des prothèses mammaires
La prothèse mammaire

Il n‘existe pas de délai maximal pour faire la reconstruction mammaire en différé

Bon à savoir :

  • Pour les femmes qui préfèrent ne pas faire de reconstruction mammaire, d’autres alternatives existent comme la prothèse externe que la patiente introduit dans son soutien-gorge.
  • « La Caisse nationale de santé (CNS) prend systématiquement en charge les interventions de chirurgie réparatrice quelle que soit la technique employée.

Coordonnées :

  • Institut du Sein

121 route d’Arlon, L-1150 Luxembourg

http://www.institutdusein.eu

  • Le Blog du Groupe Sein CHL

http://www.cancerseinchl.lu/

  • Institut de Génécologie – Obstétrique 

http://www.gynecologie-obstetrique.lu/

Post - Luxembourg - Santé
Céline Buldgen
Journaliste multimédia

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Rentrée scolaire : entre respect des gestes barrières et peur du Covid-19

En raison de la crise sanitaire actuelle, la rentrée scolaire soulève certainement encore un peu de crainte de la part des enseignants,...

Obésité: les raisons du fiasco!

Comment faire la guerre aux kilos sans fâcher l'industrie agroalimentaire (car leurs choix agricoles ont accéléré l'épidémie d’obésité) ? Des mécanismes complexes livrent...