Accueil Santé Endométriose et naturopathie

Endométriose et naturopathie

Aurélie Maire est ingénieur agroalimentaire spécialisée en nutrition humaine, naturopathe et professeur de yoga. Elle est spécialisée dans l’accompagnement holistique des femmes et de l’endométriose. Elle sera chargée de cours à lADNL (Académie de Naturopathie Luxembourg).

Aurélie possède de nombreux diplômes, formations et spécialisations ainsi qu’une grande expérience dans le domaine de la santé et du bien-être. Elle fait preuve de beaucoup de professionnalisme, de bienveillance, d’empathie, de douceur et d’ouverture d’esprit. Elle œuvre dans le seul but de trouver des solutions aux personnes qui font appel à elle.

Spécialiste de l’endométriose

Aurélie Maire, future enseignante de l'ADNL et elle-même naturopathe
Photo : Aurélie Maire by Yogaloft@David

Aurélie Maire s’est spécialisée dans le domaine de l’endométriose dont elle est elle-même atteinte. Elle explique que « l’endométriose est une maladie gynécologique chronique qui est encore trop méconnue. Sous l’effet des hormones (les oestrogènes) au cours du cycle menstruel, l’endomètre qui tapisse l’utérus s’épaissit (pour se préparer à une potentielle grossesse).

S’il n’y a pas fécondation, ce tissu va se désagréger et saigner. Mais chez la femme atteinte d’endométriose, des cellules peuvent remonter et migrer via les trompes hors de l’utérus. Ce tissu, qui ressemble au tissu endométrial, s’y développe pour provoquer lésions, adhérences ou kystes ovariens (les endométriomes).

Ils se localisent généralement sur les organes génitaux. Mais ils peuvent aussi coloniser les appareils urinaire, digestif et même pulmonaire ou ophtalmique. Si les causes de cette maladie sont encore méconnues, on sait qu’elles sont multifactorielles. On comprend alors que cette maladie est complexe car il y a autant de formes d’endométriose que de femmes.»

Grand besoin d’information

Selon Aurélie Maire : « On parle encore trop peu de l’endométriose et le diagnostic est très long à poser au Luxembourg comme partout ailleurs. Certaines femmes se retrouvent dans une errance médicale insurmontable qui dure en moyenne 7 ans.

C’est une maladie évolutive, invasive, très complexe. Attendre autant de temps avant d’avoir un diagnostic est terrible car la maladie évolue. Elle entraîne de terribles souffrances physiques mais aussi émotionnelles et mentales. Les répercussions sur le quotidien et la qualité de la vie des femmes sont réelles. C’est pourquoi il y a une grande nécessité à la fois d’information et de sensibilisation. » 

Rôle de la naturopathie

Aurélie Maire explique que : « La naturopathie, qui ne se substitue pas à des traitements ou rendez-vous médicaux mais qui complète la médecine conventionnelle, a vraiment son rôle à jouer pour aider les femmes à vivre avec l’endométriose et non pas en fonction de l’endométriose. 

C’est une discipline holistique qui cherche à agir, non pas sur le symptôme, mais sur la ou les cause(s). Elle prend vraiment en considération la personne dans sa globalité et son entièreté sur tous les plans. Sur le plan physique, émotionnel, spirituel, environnemental, énergétique mais aussi son histoire, son rythme de vie, son alimentation.

Après une étude de tous ces facteurs, le naturopathe va constater s’il y a des déséquilibres. Il a une double mission. Tout d’abord celle de conseiller et de praticien pour permettre de rééquilibrer ce qui doit l’être, ramener l’énergie vitale et soutenir le corps dans ses capacités naturelles d’autorégulation. Le but est de donner à la personne des clés naturelles, holistiques et personnalisées selon son besoin. Ces besoins sont : soulager ses douleurs, gérer son stress et ses émotions, sa fatigue, l’accompagner lors d’un désir d’enfant… 

Le naturopathe a aussi un rôle d’éducateur de santé, par lequel il donne des conseils d’hygiène vital. Ceci dans le but que la personne conserve la santé sur le long terme. Il l’aide également à se comprendre, à comprendre son cycle, à s’aligner à sa propre nature et à la nature. La femme peut alors devenir actrice de sa propre santé et bien-être. »

Besoin criant de former des naturopathes

De plus en plus de femmes se tournent vers les approches naturelles. Or peu de naturopathes ou thérapeutes sont sensibilisés ou formés à l’endométriose. « Nous avons besoin de professionnels formés à l’endométriose, qui auront suivi une spécialisation en naturopathie solide, basée sur les derniers résultats d’études scientifiques en la matière et une vision holistique de la personne. » poursuit Aurélie Maire.

C’est pourquoi l’ADNL proposera un module spécifiquement consacré à l’endométriose au printemps pour que les élèves et naturopathes qui le souhaitent puissent accompagner de manière holistique les femmes qui en souffrent. 

La formation en naturopathie de l’ADNL

David Blondiau, créateur de l'ADNL, Académie de Naturopathie Luxembourg
David Blondiau, créateur de l’ADNL

David Blondiau précise que « L’ADNL propose un cursus de formation professionnelle continue en naturopathie moderne de haut niveau. Ce cursus s’adresse aussi bien aux personnes qui souhaitent appliquer les principes de la naturopathie dans un cadre familial qu’à celles qui souhaitent exercer en tant que naturopathe. Notre équipe enseignante, tous des experts dans leur domaine, offriront une formation d’excellence scientifiquement documentée sur la naturopathie. » 

Des modules de spécialisation tels que l’aromathérapie, la nutrithérapie, l’endocrino-psychologie, la fibromyalgie et l’hypothyroïdie viendront complémenter la formation initiale en naturopathie. Ils seront proposés aux élèves, naturopathes et autres professionnels intéressés dès janvier 2020. 

Quelques chiffres

  • 1 femme sur 7 à 1 femme sur 10 est atteinte d’endométriose mais ne le sait pas forcément.
  • Il faut 5 à 7 ans avant que le diagnostic ne soit posé.
  • 14 millions de femmes seraient atteintes en Europe.
  • 180 millions de femmes seraient touchées dans le monde.
  • Cela représente 30 milliards d’euros d’arrêts maladie en Europe.
Ouverture de l'ADNL en septembre 2020
Post - Belgique - Santé
Sandrine Stauner-Facques
Journaliste / Chargée de Communication et des événements

ARTICLES LIÉS

À LA UNE

Obésité: les raisons du fiasco!

Comment faire la guerre aux kilos sans fâcher l'industrie agroalimentaire (car leurs choix agricoles ont accéléré l'épidémie d’obésité) ? Des mécanismes complexes livrent...

La gastronomie d’une digestion zen

Sylvie Rouen et Irina Simoncini se sont rencontrées il y a quelques années à des cours de micro-nutrition. La première est microbiologiste,...